AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Miyoko Sakibana
Membre du Hanataba ~ Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 25
Age du personnage : 17 ans.
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Mar 26 Fév - 18:44

    « Matsuri-san, ce cours est d’un ennui comme je n’avais pas ressenti depuis longtemps. »


Telles étaient les paroles que je venais de souffler au vide… enfin, que dis-je ? Je ne parle pas au vide, je parle à Matsuri-san. Pardon ? Vous ne le voyez pas ? N’en soyez pas surpris, il s’agit de mon fidèle ami… imaginaire. Il est apparu quand j’avais 14 ans et depuis, il ne m’a plus jamais quitté. Il dort a mes côtés, je marche à ses côtés, je parle de mes problèmes avec lui… je le considère comme mon meilleur ami. Au fait, peut-être est-il mon seul ami. Je ne considère pas les gens de cette école comme des amis, je ne vois pas comment d’ailleurs, en général ils m’évitent. Ils sont tous apeurés quand je commence à leur parler de mes goûts musicaux ou même mes goûts culinaires. Suis-je vraiment si inaccessible que ça ? C’est la question que je me pose souvent. Mais moi, je m’en contre-fiche. Moi au moins, j’ai un ami fidèle qui existe seulement pour moi et qui ne me parle pas seulement par intérêt.

    « N’est-ce pas Matsuri-san ? »


Une jeune fille située à côté du bureau de Miyoko se mit à la regarder avec un air interrogateur. Miyoko la regardait en mettant son index devant la bouche afin de lui mimer qu’elle devait se taire. La jeune fille affichait maintenant une mine consternée mais ne dit pas un mot. Et oui, les gens savaient que malgré son caractère farfelu, Miyoko Sakibana faisait partie du Hanataba. On lui devait respect. Rares sont les fois où Miyoko en profite, mais quand elle en a besoin, la jeune n’hésite pas. Cela peut vraiment être pratique. Mais passons.

C’est fou ce que je trouve les gens singuliers. Si la personne est haut placée, ils n’oseront pas dire un mot, quel manque de personnalité. Enfin bon, je peux dire ce que je veux, je ne sais pas comment j’aurais réagis. Aurais-je répondu ? Aurais-je fait l’indifférente ? Ou serais-je indignée au fond de moi pour finalement ne pas dire un mot comme cette fille ? Oh, je ne le sais point. Et bizarrement, je n’ai pas envie de le savoir. La vie est tellement mieux ainsi avec ses mystères !

    « N’est-ce pas Matsuri-san ? »


Et c’est juste après que Miyoko ait dit cette phrase, faisant ainsi éveiller la curiosité de sa voisine que la cloche se mit à sonner. Le son des chaises qui raclaient le sol bruyamment ainsi que le langage tantôt distingué tantôt détaché des personnes résonnait dans cette salle décorée somptueusement, avec des statues dans le fond de la classe ainsi que de longs rideaux bleutés en soie mêlés a des rideaux de velours blanc. D’une classe sans précédent en somme, ce qui reste dans leur milieu naturel. Sobre, chic et distingué étaient les mots clés de ce club fermé de la haute société. Fatalité ? Monde étriqué ? Sans doute, et cela n’était pas pour déplaire les élèves de cette école. Mais passons.
Miyoko se levait avec grâce pour ensuite réajuster sa jupe. Elle se mit a regarder la classe de fond en comble, d’observer les personnes dans la salle, le professeur qui rangeait ses affaires et se mit à regarder le plafond, avec un regard songeur, rempli de reflets brillants.

Oh non. Je sens que quelqu’un approche dans mon dos, j’entends le son de ses talons qui résonnent sur le sol. Une fille donc. Pourquoi diable voudrait-elle me parler ? Ca sent la question pour le Hanataba. Je n’ai pas le temps, j’ai envie de parler aux membres du Hanataba, moi. Ce sont les seules personnes à qui je peux parler simplement, ou je peux rester dans mon monde et leur parler quand même… Ou bien ! Cette fille veut me demander pourquoi donc je parle dans le vide alors que je parle à Matsuri-san !! Les personnes de cette école ont souvent une ouverture d’esprit tellement restreinte que cela me donne envie de vomir.

    « Dites, Sakibana-san ? »


Ca y’est, son index viens de toucher mon épaule. Je n’ai pas envie de lui parler, cette personne va surement me parler de futilités. Je déteste ça. Que pourrais-je faire pour l’éviter ?

Soudainement, Miyoko mit des écouteurs dans ses oreilles, se mit en position de course et courrait a travers tout l’établissement. Le son de ses talons devenait de plus en plus intense au fur et à mesure qu’elle accélérait. Toujours plus vite, toujours plus fort. Ses pas étaient en harmonie parfaite avec la chanson qu’elle écoutait en ce moment même. En l’occurrence « Not Like We » de The Fawn Obsession. Sa jupe voletait sous chacun de ses gestes et ses cheveux blonds qui étaient attachés en couettes se déployaient petit à petit. Mine de rien, la jeune Miyoko était assez athlétique et cela se remarquait par les muscles légèrement visibles sur la totalité de son corps (bien sur, elle n’a pas d’abdos, hein). Les gens s’écartaient pour la laisser passer, d’autres échappaient de légers cris de leurs bouches.

La liberté devient plus accessible quand je me mets à courir avec une telle chanson dans mes oreilles. Tant que j’ai de la musique et Matsuri-san à mes côtés, je sens que je peux faire le tour du monde ♥ ! Bon bien sur, j’exagère, mais je me sens pousser de telles ailes que ma vision du monde en deviens presque différente, mon environnement se met à changer selon ce que j’écoute. Je cours, je cours, je cours… jusqu'à arriver aux escaliers, le lieu de prédilection du Hanataba. Je me mis à m’assoir sur l’un des bancs qui était entreposé ici et me mit à parler à Matsuri-san.

    « Les gens sont tous pareil ici, tu ne penses pas Matsuri-san ? »


Mais ce que je ne vis point, ce n’était la présence d’une autre personne en ces lieux, qui venait tout juste d’arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://room-303.1fr1.net
Haru Konoe
Membre du Hanataba ~ Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 364
Age : 25
Age du personnage : 15 ans.
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Dim 2 Mar - 2:23

    < TEACHER > Et un ... et deux ... et trois ... Haru redressez vous ! On dirait que vous tenez un sac de pommes de terre entre vos mains !



    Le jeune garçon obéit alors puis redressa les épaules, il adressa un léger sourire à sa cavalière. Après tout, le professeur n'avait pas tout à fait tort ... Sa partenaire ressemblait étrangement à un sac de patates. Un sifflet stoppa les pas de danse du petit japonais, il salua, en bon gentleman, la jeune fille qui avait dansé avec lui puis se dirigea vers le banc où il avait laissé ses affaires.



    < TEACHER > Et n'oubliez pas de choisir votre partenaire pour demain !



    En entendant les mots du professeur de danse, un groupe de filles de son âge s'avança alors vers le jeune métisse, lui faisant les yeux doux. Haru savait très bien où elles voulaient en venir. Elles le voulaient comme cavalier pour la séance prochaine ... et elles seraient prêtes à tout pour ça ...



    < GIRL > Ne, Haru-kun ...



    A croire qu'il était un morceau de viande, la Hanataba avait fait de lui le premier prix d'une tombola. Faire partie de ce club très fermé avait ses avantages mais aussi ses inconvénients ... Les gens ne s'intéressaient lui que pour avoir des entrées gratuites à la salle 303 ... Il s'en rendait compte, il n'était pas tout à fait stupide ...



    < HARU > Gomen ...



    Le jeune garçon s'inclina alors puis fit demi tour, courant presque pour semer le groupe de filles. Voilà, c'est pour cette raison que Haru se retrouvait tout à le temps avec des filles faisant le triple de son poids en cours de danse. Il fuyait toujours au moment de faire les binômes et au cours suivant se retrouvait avec la seule fille n'ayant pas de cavalier, et généralement ce n'était pas la plus charmante ...
    Il courait donc, pour échapper à la horde de fans en furie et à moitié nues, pour arriver jusqu'aux sanctuaire du Hanataba, leur point de ralliement, leur QG *w*
    Les escaliers extérieurs ... situés sur le côté du bâtiment principal, ils servaient normalement comme issues de secours en cas d'incendie ou autre, mais le Hanataba en avait fait son repère. Si quelqu'un avait besoin de parler avec l'un d'entre eux, il devait venir ici.
    Haru aimait beaucoup cet endroit, bien qu'il n'ait rien de particulier, c'est ici qu'il retrouvait ses amis, des personnes de confiance et qui partageaient le même quotidien que lui ... Et puis il ne faut pas oublier que Haru était amoureux d'un peu tous les membres du groupe *w* A vrai dire, il ne savait certainement pas faire la différence entre amour et amitié, mais passons.




    < MIYOKO > Les gens sont tous pareil ici, tu ne penses pas Matsuri-san ?



    De là où il était, Haru n'avait pas vraiment entendu ce que disait son amie, Miyoko, il avait juste reconnu le nom de son ami imaginaire Mr Zinzin Matsuri-san ... Enfin imaginaire, il arrivait parfois à Haru de vraiment y croire à ce garçon *O* Miyoko avait l'air de tellement bien s'amuser avec lui ... Il s'approcha alors d'elle puis posa ses fesses sur le banc, près d'elle . Il la regarda avec un sourire, ils s'étaient déjà vu le matin même ...



    < HARU > Miyoko ... J'ai encore dansé avec le sac à patate u___u


    Le jeune garçon faisait bien sûr allusion à la demoiselle qui lui avait tenue compagnie pendant le cours de danse, il an avait déjà parlé à Miyoko. Il soupira alors, un long et las soupir, histoire de matérialiser un peu plus son désespoir puis posa sa tête sur l'épaule de son ami.


    < HARU > Bonne journée pour toi et Matsuri-san ?

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noska Nagaza
Elève ~ Garçon.
avatar

Masculin Nombre de messages : 12
Age : 26
Age du personnage : 17 ans
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Dim 16 Mar - 21:39

Index levé, porter la tasse à ses lèvres, ingurgiter le sixième de la porcelaine de thé aux agrumes sans faire le moindre bruit. Retirer délicatement la tasse de sa bouche pour ne pas y laisser de trace, baisser le bras toujours le doit levé et déposer le verre sur la coupole, sans un son. Et recommencer. Encore. Encore. Pendant une heure. Voilà à quoi se résume l'heure de bonnes conduites d'aujourd'hui. A nous dégoûter du thé. Quoique les Autres ne semblent pas s'en plaindre : ils répètent inlassablement les mêmes gestes, sans aucun tic de fatigue. Décidément, j'ai l'impression que je partage ma classe avec des poupées de chiffons. Ting ! Un bref son cristallin. Oups. Mon regard était tellement fixé sur ces Autres que j'en ai presque lâché ma tasse qui est retombé sur la coupole avec bruit. Pas assez pour attirer l'attention des poupées. Mais assez pour que le visage rêche du professeur se tourne instinctivement vers moi. Brr... Miss Immonde dans toute sa splendeur fronce alors ses sourcils et, après avoir croisé les bras sur son buste marqué par les années, elle avance alors vers moi, son pas sec battant la mesure sur le sol dallé de la salle. Tip. Tap. Enfin arrivé à un mètre de ma personne qui voulait plus que tout disparaître à cet instant précis, elle ouvre enfin sa bouche et lâche d'une voix cinglante :

« Nagaza, êtes-vous parmi nous ? »

Simple question qui attira un sourire narquois sur le visage des Autres et, se croyant sans doute très très drôle, le professeur émit alors un sifflement rieur, comme pour souligner la grâce de son pique. Et moi dans tout ça ? Et bien, sans aucun jeu de mot, je me tasse, je me tasse, m'enfonce de plus en plus dans mon fauteuil aux accoudoirs dorés, espérant m'y enfoncer et disparaître aux yeux de tous. Mais, si vous tentez l'expérience chez vous, vous vous rendrez rapidement compte que vous n'y arriverez pas et moi, constitué physiquement comme vous - non pas moralement - n'y parvient pas non plus. Alors je subis, ce sifflement moqueur, ces sourires agressifs. Avec le temps, il commence à y avoir prescription, même si, il faut l'avouer, la pilule est dure à avaler. Mes joues se teintent de vermillon, je le sens mais mes yeux ne me piquent pas, c'est déjà ça. Et puis, la sonnerie. Délivrance. Sans plus de cérémonie, je me lève à la hâte devant le professeur dont les yeux se froncèrent de nouveau et en saisissant mon sac en bandoulière, me dirige vers la porte d'un pas précipité. Là, le couloir. Désert, évidemment. Je dois être le premier à être sorti du cours. Qu'importe, je m'échappe, mon pas se presse, mes yeux commence alors à me brûler. Une porte, un nouveau couloir, à droite, encore à droite, à gauche, une porte. L'Air. Je me retrouve dehors. Sur un grand escalier, à l'image de l'école. Pas un nuage ne vient troubler le ciel bleu et une légère brise vint caresser mes cheveux et essuyer les larmes naissantes à mes yeux de carbone. Je les sèche rapidement et m'avance un peu. D'une main je réajuste mon sac en bandoulière, de l'autre ôte ma cravate que je dispose sur mes épaules tombantes. La foule commence à affluer. Les Autres. Toujours les Autres. Et puis, une voix. Féminine d'abord. Je distingue son origine et après trois pas, je vois alors une jeune demoiselle à la longue crinière fauve. Assise sur un banc, elle murmure de temps à autre quelques mots de sa voix cristalline. Seule. J'en suis un peu retourné, j'avoue. M'a-t'elle vu ? Ça ne m'étonnerait pas, je suis à quelques mètres d'elle. En train de la regarder. Un peu ébahis, j'esquisse un bref pas vers elle en ouvrant la bouche pour la saluer, sans doute pris dans un élan de mélancolie quand un nouveau personnage fait son apparition. Le jeune homme se glisse élégamment aux côtés de la fille et demande gentiment s'est passé sa journée ainsi que celle d'un certain Matsuri. Il ne m'a pas vu. Correction : il ne m'avait pas vu. Car maintenant, il vient de se rendre compte de ma présence et à son regard fixé sur moi, un peu interloqué je suppose. Et celui de son amie aussi par la même occasion. Ce n'est plus la peine d'espérer pouvoir s'en sortir sans autre artifice. Je finis donc mon pas et m'incline brusquement en m'exclamant :

« Je... je suis désolé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupe-du-cerisier.forumpro.fr/
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Dim 16 Mar - 23:45

Couture... Quel cours n'est-ce pas ? Eh oui, dans ce charmant lycée pour bons enfants issus de famille riches à souhait (et n'ayant tellement rien de mieux à faire de leur argent qu'ils inscrivent leurs enfants à Bokuseki), des matières comme celle-ci sont dispensées, au grand dam de la grande partie des élèves ! D'ailleurs, Kaede ne faisait pas exception à la règle, encore que la couture était celle qu'elle détestait le moins !
Ce jour-là, puisque les élèves débutaient leur apprentissage plus qu'autre chose (ils sont en première année après tout !), ils se contentaient d'apprendre différents point de couture. Les plus expérimentés (expérimentées le plus souvent d'ailleurs) pouvaient se servir de machines à coudre se trouvant au fond de la salle. En somme, il n'y avait rien de très intéressant là-dedans. En fait, ce qui rendait ce cours si distrayant était que la chère professeur qui leur apprenait à manier l'aiguille n'avait aucune autorité sur la quinzaine d'élèves assis en face d'elle. Du coup, l'heure de couture ressemblait plutôt à une heure de détente ! Kaede était donc plongée en conversation avec sa voisine, cassant du sucre sur le dos des professeurs (comme bien des élèves le font). Dès que Dame Couture passait dans les rangs (comme si elle voulait montrer qu'un professeur était là en aidant simplement les élèves à faire un noeud), Kaede et sa voisine baissait d'un ton en se remettant au travail. En général, la fille Toya semblait plutôt sociable mais bien sûr dès qu'on prononçait les fameux mots "Salle 303", elle feignait de n'avoir pas entendu la demande ou d'avoir quelque chose d'urgent à faire. Ceux qui avaient retenu la leçon ne venaient donc plus l'embêter à ce sujet, et sa voisine était de ceux-là, ce qui faisait que Kaede parvenait à discuter normalement avec elle, durant ces soixante longues minutes qu'était le cours de couture !
Soudain, le son (imperceptible aux oreilles de certains en raison du brouhaha qui régnait dans la salle) de la cloche se fit entendre. Ce furent les raclements de chaises et les soupirs de soulagement des élèves qui signalèrent la fin du cours à Kaede. La jeune fille sourit et éloigna sa chaise, se levant et attrapant son sac en bandoulière pour le poser sur la table afin d'y ranger (ou plutôt d'y fourrer) son travail en cours. Tandis que les élèves sortaient un à un, Kaede, qui sortait le plus souvent en dernier des salles de cours, entendit de légers chuchotements. Elle se tourna pour voir d'où cela pouvait venir, pour afficher une légère grimace en remarquant qu'il s'agissait de trois filles qui la fixaient du coin de l'oeil en se parlant. Les ennuis commençaient on dirait bien ! La jeune membre du Hanataba enfila en toute hâte son sac pour sortir de la salle. Une des filles fut cependant plus rapide qu'elle et l'apostropha en lui bloquant le passage :


" Toya, est-ce que je peux te parler ?
- Pas vraiment je suis plutôt pressée là..., répondit d'un ton détaché Kaede.
- Allons, ça prendra juste deux secondes ! En fait, mes amies et moi nous voudrions aller voir cette fameuse salle seulement on est un peu à sec ces temps-ci...
- Oh... Et bien, c'est dommage ça !

Kaede lui lança un sourire et suivit Dame Couture qui quittait son cours, obligeant l'élève qui bloquait le passage à se pousser. Sans leur adresser d'autre regard, la jeune fille se fondit dans la masse des élèves peuplant les couloirs. Elle fusait tout droit vers la cours et plus particulièrement les escaliers, lieu de prédilection du très fermé Hanataba. C'était devenu une habitude pour elle, et puis elle était sure que ces personnes ne viendraient pas lui demander des entrées pour la salle 303. En plus, lorsqu'ils se rassemblaient, personne n'osait les interpeller pour formuler cette requête. Ils inspiraient bien trop de respect certainement. Kaede remarqua immédiatement que Miyoko et Haru étaient déjà là, ainsi qu'un garçon que la jeune fille ne connaissait visiblement pas. Elle s'avança en direction du banc où ils étaient assis et salua les trois personnes, ou plutôt quatre, vu que le jeune homme était là également. Elle poussa un léger soupir en lançant :

" Pfff quelle journée ! Comment c'était vous ? "

Bien entendu, ce "vous" concernait Miyoko, Haru et ce cher Matsuri-san. Semblant remarquer son impolitesse (comme quoi ces cours de bienséance portaient leurs fruits !), Kaede se tourna vers le garçon inconnu et dit aimablement :

" Kaede Toya, enchantée. "

Elle agissait ainsi, ignorant que ce jeune homme était arrivé comme un cheveu sur la soupe ! Mais, voyant la gêne de celui-ci et le regard de ses amis du Hanataba, Kaede fronça légèrement les sourcils, se demandant si elle avait fait une bourde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Sakko
Elève ~ Garçon / Surveillant de la salle 303.
avatar

Féminin Nombre de messages : 323
Age : 28
Age du personnage : 17 ans
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Jeu 20 Mar - 0:49

    Comme si tout était parfait dans son monde de riche, et de belles personnes, le surveillant du Hanataba marchait dans l'école la tête haute, le visage heureux. Pourtant, c'était tout le contraire du vrai sentiment que le garçon avait au fond de lui, son coeur tellement noirci par des événements encore trop récents pour lui. Bon, ça faisait déjà plus de deux semaines depuis la dernière fois que Yuki avait parlé à Haru. Bien sur, ils c'étaient revus au Hanataba et dans quelques cours sans jamais s'adresser la parole. Il fallait avouer que le garçon passait une bonne partie de son temps à perdre son regard sur lui, sans que le cadet n'ose le regarder. Il avait réussit à surpasser sa peine, enfin il ne la montrait absolument pas et il devenait un peu mélancolique, uniquement lorsqu'il était à ses côtés. On aurait vraiment dit que le surveillant avait une carapace tout ça fait impénétrable, du haut de sa forteresse rien ne pouvait l'atteindre, ou presque bien sur. La seule flèche qui arrivait à le faire descendre de son pied d'estale était un jeune garçon de 15 ans, flippant quand on y pense...


    Yue et Yuki étaient ensemble dans la cafétéria et ils avaient presque fini de manger quand Yuki appercut son bien-aimé dehors, avec d'autres personne du Hanataba. Rien quà sa vue, il perdit le fil de sa conversation avec sa meilleure amie, tellement dans sa contemplation. Il devait réellement aller le voir, là tout de suite, il avait besoin de lui parler. Trop de temps passer sans lui le rendait dingue, et là s'en était à son summum. Sans prévenir Yue de son changement d'attitude, il se leva et se dirigea vers la sortie, laissant sa petite fée la bouche ouverte, assez indigné du comportement de son ami. C'est vrai, il la laissait carrément en plan! Trotinant comme sur des nuages, le garçon s'approchait de plus en plus vers la tentation. Le soleil lui fit fermer les yeux à sa sortie à l'extérieur. Maintenant il était tellement prêt de lui que son coeur battait à vive allure. Et donc, devant tout le monde il s'approcha vers Haru d'un pas décidé et il lui dit d'une voix grave, comme si sa vie en dépendait.



    _Euh Haru... Tu peux venir s'il-te-plaît?


    Il en était maintenant devenue tout timide! Trop mignon cette vision du garçon avec les joues quelques peus rougies de honte! Seule une personne comme lui arrivait à lui faire perdre tous ses moyens. Il espérait grandement que le garçon accepte de venir avec lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyoko Sakibana
Membre du Hanataba ~ Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 186
Age : 25
Age du personnage : 17 ans.
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Sam 22 Mar - 15:36

La brise caresse mes cheveux en ce moment même. C’est une sensation tellement agréable que je sens mes yeux se fermer lentement et sereinement. Cette fois, c’était la chanson «tiC taC » de capsule qui résonnait dans mes oreilles. Cette chanson était parfaitement adaptée face à la sérénité qui s’était emparée de mon corps, de mon âme. Je vis quelques oiseaux voleter au-dessus de mon visage. Je ne pouvais pas imaginer un meilleur décor pour moi. Matsuri-san, moi et la nature. Lorsque soudainement…
    - Miyoko ... J'ai encore dansé avec le sac à patate u___u

La voix de Haru Konoe, un des membres du Hanataba et « ami » de Miyoko se mit à résonner. Dès lors, Miyoko ôta un des écouteurs logé dans son oreille et l’observa s’avancer vers lui sans dire un mot, pensant que c’était inutile de gâcher de la salive pour le saluer. Elle se contenta donc d’esquisser un sourire amical destiné à ce jeune homme. D’ailleurs, celui-ci s’installa à ses côtés et poussa un long et las soupir qui devait surement montrer à quel point il devait être désespéré. Il lui demanda si c’était une bonne journée pour elle et Matsuri-san. Après un petit silence, elle répondit :
    « Oh, normale. Matsuri-san tiens d’ailleurs à préciser que l’ambiance dans notre classe est des plus défectueuses. »

Instinctivement, je pose une main sur les cheveux de Haru-kun. Je n’étais nullement intéressée par lui, mais le fait de frotter ses cheveux comme ça peut lui faire comprendre que je souhaite le consoler, non ? Peut-être qu’il le prend autrement. Mais de toute façon, j’ai pour habitude de faire ça, alors pourquoi arrêter maintenant et me poser des questions ? C’est insensé. Toujours un léger sourire aux lèvres, je me mets à fermer mes yeux pendant quelques secondes, histoire de mieux ressentir la brise qui passe a cet instant précis. Si vous saviez… c’est une sensation que j’aime énormément. Ca me donne l’impression de me ressourcer.
    « Allons Haru. Il ne faut pas déprimer comme ça. En plus, si tu garde ton air kawaii, tu peux danser avec n’importe quelle fille, à moins que cela te déplaise. »

Un petit rire s’échappa de la bouche de Miyoko. Elle se retourna encore une fois vers le vide et hocha la tête frénétiquement. Comme vous l’aurez compris, elle entamait une discussion avec Matsuri-san.
    « Oh oui ! Tu a raison, cela peut-être amusant ! »

Je me mets à fouiller dans mon sac. Mes mains tombaient tout au fond, mêlées à mes cahiers de cours et le kimono que j’ai maladroitement enfourné à l’intérieur. Pour le prochain cours d’arrangement floral, il sera donc froissé comme il le faut, je me ferai sans doute réprimander… Qu’à cela ne tienne, je le donnerais aux personnes chargées du lavage pour avoir un repassage rapide. Bon dieu, où est-ce que j’ai bien pu mettre cet objet ? Mes mains s’activaient pour fouiller à l’intérieur de mon sac jusqu’à ce que je trouve l’objet désiré que je met en évidence sous le nez d’Haru.
    « Si tu veux, je peux t’attacher pour que tu sois considéré comme mon animal de compagnie. »

Une laisse et un collier. Voila ce qu’elle cherchait dans son sac. Farfelu ? Sans aucun doute. Miyoko qui voulait le divulguer en arrivant dans la salle 303 préférait le fait ici. De toute façon, qui d’autre que le Hanataba pouvait bien venir ici ? Erreur. Car non seulement la voix de Kaede se mit à résonner, mais également deux autres voix : une voix masculine qui s’excusait et l’autre qui demandait à voir Haru. Sans grande hâte, elle observa toutes ces personnes pour ensuite cacher l’objet qu’elle avait exposé à son ami. Dès lors, elle se leva, réajusta son uniforme et annonça :
    « Bonjour Kaede. Je suis désolée de ne pas être restée plus longtemps, mais vu que quelqu’un veut voir Haru, je ne vais pas empêcher cette personne de la voir. On se verra une autre fois, à la prochaine. »

Je n’aime pas voir autant de monde autour de moi qui m'observent ainsi.

Pour ceux qui veulent rejoindre Miyoko, guettez le Parc Odori, un sujet y sera bientôt posté. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://room-303.1fr1.net
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Mar 25 Mar - 21:14

Kaede eut juste le temps de voir Miyoko cacher un objet qu'elle montrait fièrement à Haru. La jeune fille avait l'habitude de leurs petits jeux et fit comme si elle n'avait rien remarqué. Mais, avant qu'elle n'ait pu ajouter quoi que ce soit, une voix masculine résonna derrière eux. Kaede se retourna instinctivement et reconnut alors Yuki, le surveillant de la salle 303. Pourquoi venait-il ainsi ? Et surtout, pour quelles raisons pouvait-il vouloir parler à ce cher Haru ? Il avait une attitude plutôt étrange à vrai dire... Alors que Miyoko se levait disant qu'elle voulait laisser Haru et Yuki seul à seul pour qu'ils se parlent. Kaede devinait que ceci n'était qu'un prétexte pour celle-ci et d'ailleurs, elle se demandait si elle ne devait pas sauter sur l'occasion pour déguerpir elle aussi. Mais, peut-être que le jeune homme inconnu prendrait ça mal. Et même Haru qui sait ? Avait-il vraiment envie de rester avec Yuki et de lui parler ? En fait, il fallait avouer que l'atmosphère était plutôt tendue depuis que le surveillant de la salle 303 était arrivé et la pauvre jeune fille ne savait plus trop où se mettre. Elle n'avait pas envie de se retrouver au milieu d'une discussion existentielle ou d'une dispute entre les deux hommes...

Kaede fixa Haru un instant et finalement décida qu'il valait mieux pour elle qu'elle adopte profil bas et lança alors, comme si elle avait complètement oublié quelque chose et affichant son plus beau sourire (quelque peu figé et hypocrite il fallait avouer...) :


Oh ! Il faut que j'aille à la bibliothèque, un devoir à rendre pour demain !


Elle se tourna alors vers le garçon qui semblait être arrivé comme un cheveu sur la soupe et cherchait un peu comment sortir de cette situation délicate. Kaede lui sourit et dit :


Tu as l'air plus âgé que moi... Tu dois être en première, alors tu pourrais venir m'aider non ?


Sans lui laisser le temps de répondre, elle lui saisit le bras et s'en alla vers les locaux du lycée tout en lançant à Haru :

A la prochaine Haru...

Elle espérait quand même que ça ne l'embête pas trop qu'elle le laisse seul avec Yuki. Après tout, il valait mieux qu'ils règlent leurs histoires en privé ! Kaede demanda alors au garçon qu'elle avait en quelque sorte pris en otage :

Au fait, je ne sais toujours pas ton nom...


Elle lâcha son bras pour qu'il ne se sente pas pris au piège et lui adressa un sourire pour le mettre en confiance. Le jeune homme ne répondait rien et, alors que la jeune fille le regardait en se demandant ce qui n'allait pas, elle remarqua qu'il avait viré au rouge pivoine, visiblement mal à l'aise. Kaede voulut le rassurer et commença à parler :


Oh excuse-moi... Je t'ai...

A ce moment-là, le garçon, sans ajouter un mot pris ses jambes à son coup, laissant Kaede seule et quelque peu sous le choc. Elle avait vraiment dû lui faire peur certainement ! Et visiblement, il ne valait mieux pas lui courir après... De toute façon, ce n'étais pas son genre de courir après un mec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Lun 14 Avr - 19:29

Kakeru se réveilla doucement, tout doucement, au bruit de la sonnerie qui annonçait la fin des cours. Vous savez, ce genre de sonnerie infernale qui vous fait grincer des dents! Et qui pour le jeune Toya, s'avérait être un supplice empêchant la poursuite d'un rêve se déroulant en plein milieu du Pacifique sud, seul sur un radeau. Ce genre de rêve, beaucoup diraient: "non merci". Pour Kakeru, c'était le paradis! Enlevant d'abord son bras d'au dessus de ses yeux, il fut très vite ébloui par le changement de luminosité. Pendant sa courte de sieste au pied d'un arbre (courte sieste qui avait néanmoins duré toute l'après-midi, grâce à l'absence de son professeur de maintien), le soleil avait changé de direction, le privant de la fraicheur de l'ombre du grand saule enraciné en plein milieu du parc. Kakeru, ébloui donc, remit son bras en place, avec la ferme intention de retrouver le sommeil. Cependant, il semblait que le reste de l'école ne soit pas du même avis... Il entendit un bruit sourd, comme un pas lourd, très lourd sur une marche en bois. Ensuite un bourdonnement, pas comme le feraient des abeilles. C'était quelques chose de beaucoup plus saccadé. Puis les cris se mêlèrent à la charge des élèves qui envahissaient le parc, ravi de pouvoir profiter de leur fin de journée après une suite interminable de cours plus ennuyeux les uns que les autres. La plupart ne le concernait pas, quant aux autres...

<Girl>Ne, Toya-sama...à propos de la 303...

Deux secondes...C'est le temps qu'il fallut au cerveau de Toya pour commander l'ouverture des paupières, faire se lever la carcasse du jeune homme et actionner les transferts d'équilibre entre les deux jambes...autrement dit, prendre la fuite! Il fut poursuivit par ces interlocuteurs sur un bon 100 mètres, puis ceux-ci lâchèrent prise.

Diminuant l'allure, Kakeru, désormais incapable de pourvoir reprendre sa sieste là où il l'avait laissée, se mit en route vers les escaliers extérieurs, il n'y avait toujours que peu de gens là-bas. Les seules personnes qu'il aurait pu croiser auraient été les membres du Hanataba, dont la présence ne lui était pas pénible. Il fut bousculé quelques mètres plus loin par un jeune garçon. Il lui semblait étrangement pressé. Peut-être avait-il oublié quelques choses en classe. Bah! Ce n'était pas ses affaires...pas comme sa petite soeur, plantée raide comme un poteau droite devant lui, la bouche ouverte et l'air complètement ahurie...surprise plutôt en fait. En tant que bon grand frère, il s'inquiétait de son état: Bien qu'il soit juste devant elle, n'avait toujours pas l'air de rejoindre la réalité. Ni une, ni deux, il mit sa main sous son menton, refermant d'une pression, un peu trop forte, la petite bouche. Puis dit:


"On peut savoir ce qui t'es arrivé"

Il repensa au garçon qui l'avait renversé...Non, ce ne pouvait pas... Kakeru imaginait le pire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Mar 15 Avr - 0:54

Le garçon qu'elle avait embarqué avec elle venait juste de s'enfuir, laissant Kaede plutôt perplexe. Elle se demandait ce qu'elle avait bien pu faire pour susciter une telle réaction chez cet inconnu. C'était dommage, elle aurait bien aimé faire plus ample connaissance avec lui. A moins qu'il était encore un énième élève avide de se rapprocher du club Hanataba afin d'obtenir des entrées à la salle 303 gratuites (même si ça n'arrive vraiment pas souvent !). En somme, la jeune fille était plutôt sonnée par ce départ soudain et restait pour le moment plantée là, au milieu de la cour, semblant sous le choc. Elle devait surement avoir l'air d'un poisson hors de l'eau avec sa bouche grande ouverte et surtout semblait ne pas voir ce qu'il se passait autour d'elle. Un tremblement de terre ne l'aurait surement même pas ébranlée. Alors qu'elle se trouvait ainsi, attendant on ne sait quoi, quelque chose se fit sentir sur son menton, la ramenant instantanément à la réalité. Elle sursauta un peu et sembla déboussolée quelques instants, bien qu'elle ne connaissent pas beaucoup de gens qui agiraient aussi familièrement avec elle.

Relevant les yeux, elle vit aussitôt son frère, Kakeru. Le premier réflexe de Kaede fut de lui sourire puis elle fronça les sourcils et donna une légère tape sur sa main pour la chasser de son menton. Elle fit mine d'être fâchée en lançant :


Ça t'amuse d'effrayer les filles esseulées ?

Elle prit un air grave et ajouta, semblant quelque peu inquiète à son sujet :

J'espère que tu n'es pas aussi familier avec toutes les filles que tu croises !


Malgré tous ses efforts, Kakeru restait muet et semblait tracassé par quelque chose. Sa soeur cadette se demandait ce qu'il avait. Des problèmes avec quelqu'un peut-être ? Elle espérait que ce n'était pas trop grave et surtout qu'il se confierait à sa chère petite soeur... Elle voulait toujours tout savoir, encore plus si ça concernait son frère ! Le sourire de Kaede s'effaça donc et elle regarda Kakeru d'un air grave pour demander :

Qu'est-ce qu'il y a ? Ça se voit qu'il y a quelque chose qui va pas...


Elle espérait quand même que ce qu'il avait sur le coeur ne soit pas trop grave. Et surtout que ça ne concerne pas une fille (sinon elle passerait un sale quart d'heure ! On ne blessait pas Kakeru impunément...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haru Konoe
Membre du Hanataba ~ Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 364
Age : 25
Age du personnage : 15 ans.
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Jeu 17 Avr - 15:01

    [Kyaaaaaaa on est trop XDD
    Bon Yuki et moi, on va finir ailleurs
    Vous n'avez qu'à rester ici <3 ]

    Oulà, que de mouvements en quelques minutes. La pauvre Miyoko qui certainement pensait passer un moment seul avec Matsuri-san se retrouvait encerclée de quatre ou cinq personnes. Haru n'avait eu le temps que d'échanger quelques mots avec elle et celle-ci prit la fuite. Elle n'aimait pas vraiment la foule, ça se devinait. Mais bon, reprenons du début ...
    Haru avait posé la tête sur l'épaule de son amie, et celle ci se mit à caresser ses cheveux, un geste tendre et doux que le jeune garçon appréciait sans arrières pensées.



    < MIYOKO > Oh, normale. Matsuri-san tiens d’ailleurs à préciser que l’ambiance dans notre classe est des plus défectueuses. Silence
    Allons Haru. Il ne faut pas déprimer comme ça. En plus, si tu garde ton air kawaii, tu peux danser avec n’importe quelle fille, à moins que cela te déplaise.


    La jeune fille se mit alors à rire puis à approuver une des suggestions de Matsuri-san, enfin c'est ce que Haru déduisait puisqu'en effet, personne n'avait parlé. La jeune fille se mit alors à fouiller dans son sac, Haru fut déranger par ses mouvement et fut obligé de se redresser, il regarda alors l'objet que Miyoko lui avait mit sous le nez : un collier attaché à une laisse.


    < MIYOKO > Si tu veux, je peux t’attacher pour que tu sois considéré comme mon animal de compagnie.


    Haru regarda son amie avec de grands yeux ronds, mais celle ci se mit à ranger avec vitesse l'objet dans son sac puis regarda derrière Haru. Le jeune garçon, intrigué, se retourna donc, observant de haut en bas le nouveau visiteur. Il devait certainement avoir besoin d'un ticket pour la salle 303. Ou peut être cherchez t-il autre chose ? Le jeune garçon le détailla alors longtemps, affichant un sourire mi-moqueur mi-amusé, son interlocuteur semblait très gêné et timide, mais alors qu'il s'apprêtait à prendre la parole, celui ci se courba puis s'excusa machinalement. Où était le mal ?


    < GARÇON > Je... je suis désolé !


    Au même moment Kaede Toya, autre membre du Hanataba fit son apparition, en saluant Miyoko, Haru et probablement Matsuri-san. Bien qu'il n'existe pas vraiment, il faisait en quelques sortes partie du Hanataba.


    < KAEDE > Pfff quelle journée ! Comment c'était vous ? ... Kaede Toya, enchantée.


    Un gros silence s'installa alors. Les quatre personnes se regardaient dans le blanc des yeux ne sachant pas quoi dire, Haru avait perdu son sourire, il était maintenant déconcerté, et ne savait pas quoi dire, priant pour qu'une de ses amies brise ce silence et ainsi rompt ce malaise général. Mais comme si ce n'était pas suffisant une cinquième personne se joignit à eux : Yuki Sakko, surveillant et amant passager de Haru. A cette simple vue, le garçon rougit, que lui voulait-il ?


    < YUKI > Euh Haru... Tu peux venir s'il-te-plaît ?


    C'est ce qu'il redoutait le plus. Il ne voulait pas le voir >< Il n'avait pas envie de repousser une seconde fois Yuki, ni même de lui céder. L'ignorer était la meilleure solution, mais apparemment son vis à vis en avait décidé autrement. Refuser devant tout le monde son invitation aurait pu paraître louche c'est pourquoi il se leva, d'ailleurs il le fit en même temps que Miyoko qui elle aussi semblait vouloir fuir cet endroit.


    < MIYOKO > Bonjour Kaede. Je suis désolée de ne pas être restée plus longtemps, mais vu que quelqu’un veut voir Haru, je ne vais pas empêcher cette personne de la voir. On se verra une autre fois, à la prochaine.


    La traître ! La jeune fille partit alors, limite en courant. Dernier espoir, Kaede. il se tourna alors vers son aînée espérant qu'elle prennne une initiative et qu'elle lui sauve la mise. Il la regardait essayant de lui faire comprendre avec des mimiques de rester ici mais celle ci s'exclama :


    < KAEDE > Oh ! Il faut que j'aille à la bibliothèque, un devoir à rendre pour demain ! Tu as l'air plus âgé que moi... Tu dois être en première, alors tu pourrais venir m'aider non ? A la prochaine Haru...


    T.T
    Décidément elle n'avait pas compris ses signaux. Elle s'éloigna alors, embarquant par la même occasion le garçon qui, le pauvre, n'avait rien demandé à personne. Puis s'arrêta lorsqu'elle rencontra un peu plus loin son frère. Haru ne pouvait pas rester là à les regarder éternellement discuter, il fut donc contraint de tourner les yeux vers Yuki, qui attendait depuis tout ce temps. Il soupira un instant puis avança vers lui pour le suivre, il n'avait pas envie de régler ses comptes ici, aux yeux de tous.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Sam 19 Avr - 0:57

Kakeru frottait doucement le haut de sa main, couverte de traces de griffes. Apparemment Kaede ne s'était toujours pas coupé les ongles de manière convenable...

Citation :
Ça t'amuse d'effrayer les filles esseulées ? J'espère que tu n'es pas aussi familier avec toutes les filles que tu croises !

Kakeru était amusé de cette petite phrase. Non, petite soeur, juste toi. D'un côté, rare sont les personnes que Kakeru ne fuyait pas et rare étaient celle qui restait aussi longtemps la bouche ouverte après avoir été surpris. Familier? Il en avait quand même le droit! Et puis, ce n'est pas comme s'il s'y était pris comme ce dragueur de Yuki. Il l'imaginait posée son index sous le menton de sa soeur, approcher son visage et sortir un truc de dragueur débile du genre: "une si belle fleur ne devrait pas être aussi inélégante".[M'en veux pas Yuki, mais j'ai décidé que mon personnage ne t'apprécierait qu'a moitié :p, surtout quand tu t'approche de sa soeur] Rien que cette pensée mettait les nerfs du jeune Toya en pelote. Fort de toutes ces petites remarques pour lui même, Kakeru se conforta dans une réponse dont il espérait obtenir le résultat voulu:

"Pas vraiment...de toute façon, tu es la seule fille que je connaises qui garde la bouche ouverte de surprise pendant plus de 3 minutes... Je me souviens, quand tu étais petite, dès que tu faisais ce genre de choses, mère te mettait une umeboshi [prune salée hyper amère] dans la bouche. Tu détestais ça."

Rappeler à sa soeur ses petites bourdes de sa petite enfance avant le don de la mettre en colère, ce que Kakeru trouvait toujours très drôle...tant que ce n'était pas méchant! Avec tout ça, il en avait négligé la dernière phrase de Keade... Décidément, c'était paradoxal comme situation, il avait peur pour sa soeur qui avait peur pour lui... Bon, d'abord il fallait la rassurer. De toute façon, le jeune homme qu'il avait croisé tout à l'heure n'avait apparemment rien fait et sa soeur était intacte, pas de quoi s'inquiéter!

"Et non, soeurette, tout va bien. J'ai juste du piquer un sprint du parc à ici et je venais de me réveiller d'un beau rêve, donc je suis un peu fatigué."

Kakeru avait envie de parler, de tenir une discussion. C'était toujours plus facile avec sa cadette. Connaissant son caractère, elle savait toujours quoi dire et quoi ne pas dire. Il voulut commencer une conversation des plus banale...quoique, le jeune de tout à l'heure l'intriguait

"Dit-moi, tu imitais les poissons à cause d'un garçon? Je me suis fait renversé par un type en venant ici. Il avait l'air d'avoir le diable aux trousses"

il finit par arrêter de frotter sa main, la rangeât, ainsi que son autre main, dans les poches de son pantalon. Il voulait savoir ce qui venait d'arriver à Kaede. Il pouvait comprendre que dans certains cas, la boisson aidant, on veuille la fuir...mais là, elle était sobre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Ven 25 Avr - 20:32

Kaede remarqua que son frère se caressa discrètement la main après qu'elle le lui ait touchée. Il faisait tout le temps cela et la jeune fille s'interrogeait de plus en plus sur les raisons de ce geste... Ne supportait-il plus le contact physique avec les gens au point de devoir s'essuyer quand même elle, sa propre soeur, qui a le même sang que lui, qui a grandi à ses côtés, qui a tout partagé ou presque avec lui, elle, cette chère et dévouée (et possessive aussi !) soeur, le touchait ?! (Oui, Kaede part souvent dans des délires du genre, pas d'inquiétude à avoir sur sa santé mentale !) Elle s'interrogeait tellement qu'elle faillit se remettre à ouvrir la bouche tel un poisson (plutôt une sirène non ? oui bon je sors à la fin...). Heureusement pour elle, la voix de son frère mit fin à son délire fratoparnoïaque !
Le seul mot "umeboshi" suffit à rappeler des souvenirs désagréables (et le goût du dit hum mets ? en faisait partie, avec les ricanements de son frère et les remontrances de sa mère...). La réaction fut immédiate : Kaede fronça les sourcils et lança sur un ton qui se voulait fâché et stoppa net son frère (même s'il avait fini sa phrase...) en posant son doigt sur ses lèvres :

On ne parle pas des choses qui fâchent ! En plus, c'est à cause de ça que je ne peux même plus voir les prunes en peinture ! Cette méthode a ses failles donc...

Même si son frère avait essayé de détourner la conversation pour lui faire oublier sa question principale (Rappel pour ceux qui suivent pas : qu'est-ce qui préoccupait Kakeru ?), Kaede était du genre obstinée et, Kakeru sachant qu'elle n'abandonnerait pas, répondit à sa question. Enfin répondit... Juste pour la forme en somme, il avait monté la pire excuse du siècle. Ceci fit sourire légèrement Kaede qui lâcha quand même d'un ton ironique :

Ouais, la prochaine réfléchit un peu plus quand tu sors une excuse hein ! Tu sais pas mentir toi, je devrais te donner quelques trucs ! Mais bon, on va faire comme si j'y croyais hein ! Je suis ta super petite soeur après tout !

C'est alors que Kakeru lui rappela que le garçon qu'elle avait emmené avec elle s'était justement enfui (quelle timidité tout de même...). Kaede réfléchit un instant afin de décrire au mieux la situation à son frère. Finalement, le résultat de ce moment de pause pris la forme d'une phrase concise :

Bof... J'ai dû lui faire peur !

Pourtant elle n'avait pas bu et il n'avait donc eu aucune raison d'avoir peur et de prendre la fuite. Elle ajouta alors en haussant les épaules et souriant :

Un grand timide de plus ! Les garçons sont trop timides avec les filles, toi le premier d'ailleurs. Sauf avec moi, mais moi je ne compte pas, je suis ta soeur ! Enfin voilà ! Alors, tu as passé une bonne journée ? Et dans ton fameux rêve si agréable, il y avait une fille dis moi ?


Voilà tout le paradoxe de Kaede, toujours à vouloir "caser" son frère, mais fondamentalement jalouse et possessive si une fille lui tournait trop autour ! Oui, comprenez la, seule une fille qui méritait Kakeru (et donc, que Kaede appréciait !) avait le droit d'espérer l'approcher (et plus si affinités...). Cela peut paraître un peu... lourd aux yeux de certains, mais Kakeru semblait apprécier : après tout, si une fille l'embêtait un peu trop, il en parlait à Kaede et le tour était joué ! Quel veinard d'avoir une soeur si formidable ! (Oui, Kaede n'a pas de problèmes de confiance en elle XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Dim 27 Avr - 21:26

Un léger sourire s'esquissa sur le visage de Kakeru. Le doigt et le ton de sa petite sœur montraient que sa petite pique au sujet des umeboshi avait bien fonctionné. Maintenant qu'il y réfléchissait, il trouvait qu'il n'était aussi loquace et joyeux qu'en présence de Kaede, tandis qu'il était, la plupart du temps distant avec le reste de la « population » de l'école. Le Hanataba échappait à cette froideur complète et il était un peu plus en confiance, mais jamais il ne parlait autant que quand il se retrouvait seul avec sa cadette. Elle partageait son sang, était-ce pour cela qu'il était si proche d'elle ? Une vague image de son père effleura son esprit. Non! Le sang n'avait rien avoir...Peut-être devrait-il arrêter de penser autant, mais il était vrai qu'il ne ressentait ce sentiment d'allégresse qu'en présence de Kaede, même sa mère qu'il croyait aimer tout autant ne le faisait pas ressentir ce genre d'impression. Ne trouvant pas la réponse, il mit fin à cette interrogatoire de lui-même par...lui-même dans la cellule nommée « esprit ». La suite de la conversation lui donnait une autre impression, presque...bougon?

Citation :
Ouais, la prochaine réfléchit un peu plus quand tu sors une excuse hein ! Tu sais pas mentir toi, je devrais te donner quelques trucs ! Mais bon, on va faire comme si j'y croyais hein ! Je suis ta super petite sœur après tout !

Comment ça un mensonge! Bon d'accord, il n'était pas honnête à cent pourcent, effectivement la course l'avait un peu fatigué, mais pas au point de le rendre mal. Cependant, il n'allait pas dire à sa soeur qu'il s'inquiétait parce qu'un garçon l'avait fuie et qu'il croyait qu'elle avait subi quelques chose d'inavouable! Avouez que ça manquerait de tact. Fort de cette pensée, il se dit qu'une légère punition serait plus qu'acceptable. Il soupira un long moment, prit un air faussement grave et sortit ses mains de sa poche. Il regarda ensuite Kaede pendant un long moment, sans rien dire ni faire, puis posa sur ses frêles épaules, ses deux mains. Il baissa la tête et d'une voix faussement attristée:

« Kaede, je dois te dire quelques chose... »

Il fit durer le « suspens » savourant le visage anxieux de sa petite sœur.

"Il faut vraiment que tu te fasses manucurer... Tu fais mal quand tu griffes. "

La colère de sa cadette fut immédiate, à tel point qu'il du mettre ses bras devant son visage pour éviter les soufflet [les gifles quoi, oh! Un peu de culture enfin!] rageurs qu'elle tentait de lui assener! Il rit. Il rit franchement, sans s'inquiéter le moins du monde que Kaede puisse mal le prendre. Il réfléchit comme un grand gamin qui est fier de voir que sa plaisanterie a fonctionné. Sentant qu'elle va se mettre à bouder s'il ne réagit pas rapidement, il se met en devoir de s'excuser à moitié, toujours tordu de rire, comme à chaque fois que ce genre de situation se présente:

"Désolé, mais c'était trop tentant... tu es vraiment la seule avec qui je peux faire ça!"

Ne pas comprendre: Tu es la seule assez cruche pour marcher dans un piège aussi évident, mais: Tu es la seule avec qui je me sens assez à l'aise que pour baisser ma garde. En parlant de commentaire, il pensa au dernier que lui avait fait sa cadette:

Citation :
"Un grand timide de plus ! Les garçons sont trop timides avec les filles, toi le premier d'ailleurs. Sauf avec moi, mais moi je ne compte pas, je suis ta sœur ! Enfin voilà ! Alors, tu as passé une bonne journée ? Et dans ton fameux rêve si agréable, il y avait une fille dis moi ?"

Il eut un regard triste envers sa sœur. Non, ce n'est pas vraiment de la timidité, c'est son cœur qui est gelé et qui ne comprend pas ce que ressente les autres. Peut-être la même chose que lui en cet instant, alors qu'il se sent si bien en présence et en seule compagnie de sa cadette. Il ne le sait pas, de toute façon, il s'en moque, ce n'est pas comme si les autres l'intéressait. Il jette un nouveau regard à sa sœur, tentant de reprendre un sourire qui est un peu moins vif. Elle n'aura jamais à subir ce que son père lui avait fait vivre, elle ne se comporterait jamais comme lui... Il y veillerait.

"Juste moi...et le ciel bleu."

Conscient que ce qu'il venait de dire pourrait trahir son émoi, il enchaina:

« Je suis peut-être trop timide, mais toi tu ferais bien de l'être un peu plus. »

Elle était parfois trop entreprenante, même sans s'en rendre compte. D'ailleurs si le jeune homme de toute à l'heure avait fuit, c'est peut-être pour cette raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Mer 30 Avr - 23:44

Kaede sentit que ce qu'elle avait lancé à son frère à propos de son excuse l'avait apparemment légèrement vexé. Elle se demandait pourquoi puisqu'après tout, elle restait persuadée qu'il ne lui avait pas tout dit à propos du pourquoi du comment de ce qui le tracassait. Enfin bref, s'il ne voulait pas lui dire, elle le comprenait parfaitement, chacun doit garder ses secrets, mais à ce moment-là, il était inutile de jouer les blessés suite à sa remarque... Mais elle ne referait pas son frère. Au moment où elle songeait à cela, il prit un air sérieux tout en posant ses mains sur les frêles épaules de sa soeur cadette. La jeune fille le fixait, ne comprenant pas très bien ce changement si soudain d'attitude. Dans son esprit l'appréhension se mêlait à l'excitation, comme toujours lorsque quelqu'un était sur le point de lui annoncer quelque chose de grave. Et, vu le regard que lui adressait son frère à cet instant, ça avait l'air sérieux. Kaede, elle, le fixait tout en l'interrogeant du regard comme si elle voulait sonder ses pensées avant même qu'il ne les formule. Malheureusement, encore une fois, sa tentative de télépathie ne fonctionnait pas. La voix de son frère raisonna et la lycéenne se demandait de plus en plus ce qu'il avait de si important à lui annoncer. Son coeur se serra lorsqu'une sombre pensée lui vint à l'esprit : quelqu'un aurait-il eu un accident, ou pire encore ?

Cette inquiétude fut de courte durée puisque Kakeru leva le mystère en lançant du même ton sérieux que Kaede aurait besoin... d'une bonne manucure. La jeune fille se sentit d'abord soulagée ("Ouf rien de grave") et sourit donc puis, le naturel revenant au galop, elle (ou plutôt sa main qu'elle ne put contrôler -l'excuse !) frappa son frère. Enfin, elle essaya, puisque celui-ci, rôdé par l'expérience se protégeait bien évidemment le visage en riant. Et ce rire eut le don de faire bouillir de rage la jeune fille qui pestait contre son frère, ayant à présent renoncer à ne serait-ce que lui effleurer un cheveu. Elle serra les poings en lui lançant des regards noirs et criant tout ce qui lui passait par la tête à ce moment précis, ce qui donnait quelque chose comme :


Mais arrête de rire ! Tu m'énerves ! Tu vas arrêter oui ? Arrête ! Si tu continues je pars ! Mais arrête !

Finalement, elle se retourna en croisant les bras. En fait, c'était presque autant pour s'empêcher de se joindre à son frère dans une crise de rire que pour manifester son mécontentement. Kakeru lui avoua, pour la consoler, qu'il n'y avait qu'avec elle qu'il puisse agir ainsi. Il était vrai qu'il ne riait que très rarement grâce à une autre personne que sa soeur (en fait elle ne croit jamais l'avoir vu le faire). Il fallait avouer qu'en songeant à cela, la jeune fille fut plutôt flattée mais, pour poursuivre le petit jeu jusqu'au bout, elle lança d'un ton ironique :

On va dire que je vais bien le prendre hein !


Elle sourit en l'entendant répondre évasivement à la question que sa cadette avait posé à propos de son fameux rêve. Lui et le ciel bleu ?! Peut-être bien mais il ne devait pas y avoir que ça ! Il était un peu agaçant de toujours vouloir garder une part de mystère mais en même temps c'était tout lui ! Kakeru ne serait pas Kakeru s'il agissait ne serait-ce qu'une minute comme elle aurait parfois aimé qu'il le fasse. La jeune fille se contenta donc de lever les yeux au ciel en lançant :

Toi et tes mystères !


En ce qui concernait son dernier commentaire, Kaede fut quelque peu piquée à vif : la trouvait-il vraiment trop extravertie ? Pouvait-on dire que c'était un défaut après tout ? Visiblement lui trouvait qu'elle aurait dû être moins familière avec les gens qu'elle croisait mais lui demander de changer ça serait comme de vous demander d'imaginer le ciel vert ou le jour sans soleil. En clair, c'était impossible pour Kaede mais elle savait qu'au fond, Kakeru avait raison, et il était vrai qu'il lui était arrivée, l'alcool aidant pour beaucoup, de franchir certaines limites... Elle n'en était pas franchement fière et se promettait à chaque fois (et à Kakeru aussi bien souvent) de ne pas se laisser aller à ce point la prochaine fois. Et pourtant, qui avait vu Kaede ne pas boire une goutte d'alcool lors d'une soirée ? Et ne pas essayer de se rapprocher de tout ce qui contient un semblant de testostérone dans le sang ? Bref, elle était incorrigible ! Après un moment de silence, Kaede baissa légèrement la tête et soupira avant de dire :


Oui, je sais mais... en même temps je ne peux pas me changer non ? Mais je te promets d'essayer d'être plus prudente et plus réservée à l'avenir...

Ça lui éviterait les ennuis après tout ! Mais, pour ne pas rester dans un ton trop sérieux (Kaede craignait toujours les discussions sérieuses, même si elle savait qu'elles étaient parfois nécessaires), elle releva la tête, un sourire aux lèvres et donna une petite tape sur le bras de Kakeru en disant :

A condition que toi aussi tu fasses des efforts pour te dérider un peu ! C'est quand même bizarre de voir à quel point on peut être différents ! On n'a pas reçu la même éducation on dirait !

Elle espérait faire ne serait-ce que sourire son frère à propos de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Sam 3 Mai - 1:34

Citation :
« A condition que toi aussi tu fasses des efforts pour te dérider un peu ! C'est quand même bizarre de voir à quel point on peut être différents ! On n'a pas reçu la même éducation on dirait ! »

Mauvaise...très mauvaise, très très mauvaise pioche. La dernière remarque que venait de lui lancer sa cadette venait de faire remonter à la surface un monceau de souvenir pénible, de remarques adressée à lui-même, d'images. Parmi tous les souvenirs qui lui revenaient en mémoire, les plus terribles concernait tous son père. Il se souvenait... la toute première « leçon »... la première fois, où il était arrivé dans le grand, si grand bureau de son géniteur. A l'époque, son père ne lui inspirait que ce que les « papas sévères » inspirent à lerus enfants: on les craint un peu, on boude parce qu'ils ne cèdent jamais aux caprices, mais au fond, on les aime bien... et on s'imagine que c'est réciproque. Première leçon...celle par laquelle Tasoshi Toya avait décidé de bannir l'innocence de l'esprit encore si jeune de son fils. Ce qui s'avérait n'être qu'un simple cours à première vue ne se voulait qu'un moyen de faire comprendre à Kakeru-par tous les moyens- que la naïveté de ses réponses ne serait pas permise. A partir de maintenant, il ne serait qu'un instrument, un instrument pour la famille Toya.

Kakeru se mit rapidement une main devant le visage, essayant de cacher ses yeux qui avaient échangé leurs airs mornes pour un aspect terrifiés. Sa bouche n'était plus qu'un rictus déformé, une grimace de souffrance et d'horreur. Son dos était vouté. Tandis qu'il se remémorait l'horreur de son enfance, il tentait de se rappeler à l'ordre. Il n'avait jamais été troublé mentalement, n'avait jamais montré de problème plus conséquent que son caractère asocial, alors pourquoi? Pourquoi de simple paroles provenant de la simple bouche de sa soeur pouvaient lui refaire vivre des moments pareils? Il inspira profondément...se forçant à reprendre figure humaine avant que sa soeur ne se retourne et ne le voie ainsi. A force de concentration, il parvint plus ou moins à se calmer. Il était pris de vertige et avait la nausée. Il s'écroula sur une marche des escaliers. Il plongea son visage dans ses mains, tant pour le masquer que pour profiter d'un noir complet qui l'aidait à se retrouver. Il avait besoin d'un petit quelques chose. C'est d'une voix faussement assurée qu'il posa cette question:


« Tu aurais de l'eau? »

Il en avait besoin...en attendant, il se re-concentra sur la discussion qu'il avait avec sa cadette à l'instant. Il avait besoin de se focaliser sur autre chose, de ne plus penser à ses cauchemars...Penser...trouver quelques choses à dire et définitivement tourner les talons face à cette crise... Il faudra qu'il aille voir le conseiller de l'école; Si ce genre de choses ce reproduisait en public, il serait dans une situation désagréable...Mais il ne pensait pas que ce pouvait se reproduire, c'était la première fois que ça lui arrivait. Il avait l'impression que cela venait plus de sa soeur que d'autre chose. Apparemment, si elle faisait sa joie, elle semblait également être la seule à pouvoir faire sa tristesse. Tais-toi, retourne à la conversation...

«Je me demande si tu arriveras à faire ça...j'ai du mal à t'imaginer réservée...»

Après tout, mieux valait ça que de lui ressembler...Oui petite soeur, nous n'avons pas eut la même éducation. Tout en se cela, Kakeru commençait à se dire que ce qu'il avait subi n'était peut-être pas qu'un mal. S'il n'avait pas été choisi par son père, s'il n'avait pas été l'ainé, c'aurait été elle qui aurait subi ce genre de traitement... Il n'était que troublé, elle aurait été brisée... La conversation...rien que la conversation.

« A ton âge, c'est pas comme si on allait te changer... »

Il se donnait du mal pour cacher son état, état qui s'était rapidement, et heureusement, amélioré, mais qui semblait toujours vouloir rester de ce milieu instable. Il allait lui falloir du temps pour se reprendre complètement, mais il imaginait pouvoir faire bonne figure aux yeux de Kaede. Il ne voulait pas la peiner. Il l'aimait trop pour ça.


[Dit-moi si j'abuse dans le dramatique. Enfin, je sais que j'abuse mais dit moi si j'abuse vraiment trop :p]

P.S: Dites, le sujets est pas réservé à Kaede et moi vous savez...Incrustez vous quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Lun 5 Mai - 1:16

[ XD T'y es quand même allé fort mais je vais survivre ! Ça m'a fait rire mais je pense que c'était pas l'effet voulu... ]

Kaede avait visiblement dit ou fait quelque chose de travers. En effet, à peine avait-elle parlé que Kakeru sembla se sentir mal comme s'il était un amnésique soudainement pris de flash. Plutôt horribles ces flash apparemment d'ailleurs. Sa jeune soeur le fixait d'un air perplexe, quelque peu effrayée à vrai dire. Elle ne s'imaginait jamais pouvoir déclencher une telle réaction en lui. C'est surement pour cela qu'après un léger choc, elle tourna la tête pour vérifier que rien ni personne d'autre ne pouvait être la cause de cette réaction si soudaine de la part de Kakeru. Mais aucun des quelques élèves qui trainaient par là ne semblait suspect. L'attention de Kaede se reporta alors sur son frère qui cachait à présent son visage derrière sa main. La jeune fille était à présent inquiète, se demandant si son frère n'était pas tout bonnement en train de faire un malaise ou pris d'une crise quelconque. Kaede lança alors d'une voix inquiète :


"Kakeru... qu'est-ce qu'il se passe ?"


Elle s'accroupit en même temps que son frère s'était assis pour pouvoir se mettre à sa hauteur puis hésita à poser sa main sur celle de son frère. Cela n'allait-il pas aggraver son état ? Elle n'eut pas à réfléchir plus puisque Kakeru demanda d'une voix légèrement tremblante si elle n'avait pas de l'eau. Kaede ouvrit son sac rapidement et fouilla dedans afin de trouver la bouteille d'eau qu'elle avait toujours sur elle. Il ne restait pas grand chose dedans mais c'était toujours ça... Elle la tendit donc à Kakeru, espérant que cela puisse le soulager ne serait-ce qu'un peu. Elle afficha alors un sourire quelque peu anxieux suite à ce qu'ajouta son frère, pour reprendre la conversation, comme si de rien n'était. L'attitude de Kakeru perturbait quelque peu Kaede qui resta un instant à le fixer d'un air absent. Elle ne comprenait pas sa manière d'agir mais joua la fille idiote, d'autant plus qu'ils étaient dans la cour et que quelques élèves les regardaient bizarrement à présent. Après quelques secondes de silence, elle sourit donc un peu plus et dit sur un ton taquin :

"Oui, un peu comme toi je suppose ! On est donc condamnés à rester diamétralement opposés... C'est marrant !"

Kaede s'assit alors à côté de son frère et, comme tout le monde se désintéressait des deux membres du Hanataba, elle lui glissa doucement :

"Qu'est-ce qui t'es arrivé ? Tu veux aller à l'infirmerie peut-être ?"


L'attitude de Kakeru avait tout de même inquiété au plus haut point la jeune fille. Et si son frère avait quelque chose de grave qu'il voulait lui cacher ? A cet instant, elle le suppliait donc de n'avoir aucun lourd secret à lui dévoiler. Elle ajouta doucement, au cas où ce serait le cas :


" Tu veux qu'on aille en parler ailleurs ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   Sam 5 Juil - 3:25

[Bon, je fini avec ce RP, ça fait trop longtemps qu'il est de côté et qu'il a plus grand chose à voir avec ce qu'il était à la base.]

Son calme n'était pas tout à fait revenu, mais il se sentait déjà mieux. Les flashs n'avaient heureusement pas duré longtemps mais ils lui avaient rappelés une chose qu'il avait, non qu'il s'était fait oublier: il détestait son père et il le craignait. La famille Toya n'était déjà plus qu'une façade, un moyen de s'attirer le bon regard du public et il savait que son père n'utilisait cette façade que pour atteindre ses objectifs... avait-il seulement aimer sa femme et ses enfants, avait-il seulement essayé?

Kakeru bu une longue gorgée tandis que ça soeur s'asseyait à côté de lui. Il l'avait sans aucun doute effrayé, n'importe qui l'aurait été. Pourtant, elle ne le questionna pas sur ce qui venait de se passer, et cet attitude était on ne peut plus appréciable dans cette situation. Il la remerciait intérieurement de ne pas être curieuse et d'avoir compris qu'il fallait passer outre. Elle avait donc reprit la conversation, et une nouvelle fois, ce qu'elle dit était parfaitement juste. Il ne serait probablement jamais autrement qu'ils ne l'étaient actuellement et c'était très bien comme ça. Finalement, qu'il doive jouer les papas poules et la couver était bien une des seule chose qu'il rajoutait une touche d'humanité dans son existence. Néanmoins, il n'était pas pour l'instant dans sa meilleure forme, et sa cadette s'en étant aperçu, lui avait proposé d'aller à l'infirmerie, puis lui avait demandé s'il voulait en parler. Non, il n'en avait pas envie, pas besoin et de toute façon pas le droit. Il se l'était interdit, il ne lui parlerait jamais de la face sombre d'un père ni de celle de son fils. Elle ne verrait jamais une partie des Toya et c'était très bien comme ça. Il reposa la bouteille et se mit à parler d'un ton encore plus las que d'habitude, et soupira..


« Pas besoin, j'ai juste eu un petit malaise, ça va maintenant. »

Elle n'était pas si peu curieuse que ça en fin de compte, et il se contenta de la regarder dans les yeux quelques instants, d'un regard plus vivant que celui qu'il arborait depuis bien trop de temps. Il se rappelait une phrase qu'il avait un jour lue: « plus on en sait, plus on est mort. ». Dans ce cas ci, c'était un peu exagéré, mais le principe était plus ou moins le même.

Il se releva, cette conversation était plus une source de problème qu'autre chose et il préférait y mettre un terme maintenant avant qu'elle ne tourne plus mal. Tandis qu'il repartait en direction du parc, les mains dans les poches, une phrase traversa sa gorge. Ce n'était pas une phrase très utile, mais il voulait simplement la prononcer.


« Ne change pas Kaede. »

[Désengagé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anyway, anyway. [ Hanataba + libre ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Room 303 / Bokuseki :: Lycée Bokuseki. :: Escaliers extérieurs-
Sauter vers: