AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un soir, dans la chambre de Kakeru

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Jeu 3 Juil - 13:30

Kaede n'avait pas touché au dessert qu'elle avait réclamé à Orihime. En fait, elle était préoccupée par quelque chose. Ce quelque chose s'avérait être une simple bourse à onigri. En soit, elle n'avait rien de spécial cette bourse mais la jeune fille, même assise à son bureau, ne pouvait détacher ses pensées d'elle. Du coup, impossible de faire autre chose que de se poser des questions. Des questions sur quoi ? Non, pas sur le contenu de cette bourse, elle l'avait déjà ouverte, au cas où il y est quelque chose de spécial. D'ailleurs oui, il y avait quelque chose de spécial (quoiqu'elle ne le remarqua que la deuxième ou troisième fois où elle regarda dedans) : une photo d'Orihime. Ceci ne fit que renforcer les doutes de Kaede qui imaginait de nombreux scénarios impliquant son frère et cette fille.
N'y tenant plus, elle finit par se lever et quitter sa chambre. Un tour l'aiderait peut-être à y voir plus clair ou à se calmer quelque peu au moins ! Elle portait toujours son uniforme et ce n'est qu'en voyant les couloirs déserts qu'elle eut l'idée de jeter un oeil à sa montre. Normalement, à cette heure-ci elle n'était pas censée traîner hors de sa chambre ainsi... tant pis, elle devrait être attentive, c'est tout. Malheureusement pour elle, elle passa à côté du dortoir des garçons, ce qui lui rappela l'histoire Orihime-Kakeru. Et, avant même qu'elle eut l'occasion de réfléchir à ses actes, elle avait déjà poussé la porte. Rien ne vaut mieux qu'une explication en direct non ? Elle passa discrètement la tête par la porte entrouverte : personne. Elle ne put retenir un soupir de soulagement. Sur la pointe des pieds, elle s'avança dans le couloir et commença à chercher la chambre n°4, celle de Kakeru. Alors qu'elle passait devant la chambre n°18, celle-ci s'ouvrit. Kaede sursauta et étouffa un cri en se retrouvant face à un garçon. Elle remarqua rapidement qu'il n'était vêtu que d'un simple caleçon (XD) et devint rouge tomate. Elle tenta vainement d'articuler des excuses ce qui fit rire le jeune homme qui s'en alla avant de rejoindre une autre chambre. La jeune fille n'osa même pas imaginer ce qu'il avait pu ou pouvait bien se passer et se précipita vers la chambre de son frère. Elle frappa à la porte, priant pour qu'il soit là. Il lui sembla devoir attendre un long moment avant que Kakeru daigne ouvrir et elle se précipita à l'intérieur sans rien dire, fermant la porte derrière elle : on entendait trop ce qui se disait dans le couloir. Une fois dans sa chambre, elle lui sourit et lui sauta au cou en lançant :


Oni-chan ! Tu m'as manqué !


Comme si Kakeru allait croire ça tiens ! Ils avaient encore mangé ensemble ce soir... Il allait certainement se douter de quelque chose. Mais, Kaede avait tellement peur dans ce couloir désert qu'elle avait sincèrement pensé ce qu'elle disait.



[XD on admire mon inspiration pour les titres hein !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Ven 4 Juil - 3:05

Kakeru était pour l'instant dans un état plus ou moins habituel de fatigue et lassitude. Depuis un certains temps, il n'avait pas réussit à retrouver cette paisibilité qu'il éprouvait en ce moment... Etrangement, il avait fallu qu'il passe trois heures d'affilées à s'écorcher les doigts sur cette fichue guitare au point d'en avoir des cloches et d'être à moitié persuadé de pouvoir utiliser le bras droit le lendemain, mais bon. Toujours est-il qu'il était donc calme et ne se tracassait pas de quoi que ce soit, ni pour son père, ni pour les affaires familiale, ni pour une certaine jeune fille dont il ne préférait d'ailleurs même plus prononcer le nom, voir même le penser.

C'est donc tranquillement en train de jouer un jazz qu'il arrivait à se retrouver sur les nuages, et qu'il se demandait ce qu'allait lui réserver le reste de sa soirée. Il imaginait que probablement pas grand chose, il était 22h30 et la plupart des élèves étaient déjà casés dans leur chambre ou celle de la personne avec qui ils allait rester jusqu'au matin. Ce n'était pas vraiment son problème, mais il fallait avouer que le système de l'école laissait à légèrement à désirer à ce sujet. Le nombre de fois qu'il avait été réveiller par un voisin de chambre trop bruyant et sa compagne. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il refusait tout net que Kaede mette les pieds dans ce dortoir la nuit, trop dangereux...
Bruit de porte ouverte à la volée et refermée aussi aussi nette.


Citation :
Oni-chan ! Tu m'as manqué !

Il lui fallu environ trois seconde pour envoyer valdinguer sa guitare sur son stand, se lever et se retrouver devant sa petite soeur dont il se mit à tirer vivement les joues, un brin énervé...

« Qu'est ce que tu fous ici! Je t'ai déjà dit de ne pas venir le soir! »

Non mais c'est quoi cette histoire! Il lui avait dit cent fois de ne pas venir et voilà qu'elle débarquait à une heure pareille. Il ne pensait pas que tous les garçon du dortoir allait lui sauter dessus... en fait, si, c'était plutôt ce à quoi il pensait, qu'elle n'oserait pas accepter une gentille invitation, qu'il y ait un verre de vin et c'était foutu. Il tira encore un peu plus fort sur les joues de sa cadette quand il repensa qu'elle était passée devant la chambre de Yuki, si jamais ce pervers avait osé... Bon, stop, il faut redescendre sur terre, en plus Kaede commençait vraiment à avoir le visage rouge d'irritation. Il relâcha donc sa prise, soupira un bon coup et remit les mains dans les poches. La colère étant passée, c'est à nouveau un Kakeru morne comme une huitre qui se mit à parler.

« Et de plus, on a passé la soirée ensemble. »

Il se demandait vraiment quelle raison avait put pousser la jeune fille à se rendre dans le dortoir. Il espérait que rien de grave ne ce soit passé, mais si cela avait été le cas, la jeune fille ne aurait eut l'air plus inquiète, et ne l'aurait probablement pas laisser écarter son visage de 10 centimètres de chaque côté. Cependant, combien même cela n'avait pas l'air d'être une catastrophe, il sentait quand même bien qu'il y avait un problème, il la sentait un peu gênée. Quand on veut savoir, on demande.

« Il t'es arrivé quelque chose? »

C'était un peu direct mais il ne voulait pas qu'elle traine trop tard dans le coin. Papa poule? Tout à fait!

[en effet, quelle inspiration...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Sam 5 Juil - 22:01

Kaede espérait un accueil chaleureux de la part de son frère : traverser la moitié de l'école juste pour le plaisir de le voir valait bien ça ! Autant vous dire qu'elle fut déçue lorsqu'il posa sa guitare pour aller lui tirer sur les joues en la réprimandant ! On vous a déjà tiré sur les joues à vous ? Ça fait horriblement mal, inutile d'entrer dans les détails... La jeune fille avait les yeux embués de larmes et ne pouvait même pas répondre à Kakeru, celui-ci n'ayant visiblement pas songé que ses joues étaient nécessaires à la formulation d'une phrase. Il lâcha enfin ses joues, qui du coup avaient pris une teinte rouge tomate, et Kaede se contenta de lui adresser un regard plein de reproches en les frottant un peu de la main. Persuadée qu'un peu d'eau froide la soulagerait, elle partit dans la direction de la salle de bains de son frère tout en l'écoutant et se rinça le visage avant d'essayer toutes sortes de mimiques devant le miroir. Tout fonctionnait comme il faut, elle était rassurée ! Elle sortit donc de la salle de bains et regarda Kakeru. Elle n'allait pas aborder de but en blanc le pourquoi du comment elle était venue. Elle expliqua donc en haussant les épaules :

Je m'ennuyais toute seule et j'ai voulu me promener. Seulement, quand j'ai vu qu'il était si tard, je me suis dit 'Tiens pourquoi ne pas aller voir mon cher frère ?', ou plutôt ce sont mes jambes qui se sont dit ça et moi qui me suis retrouvée devant ta porte. J'allais pas rester dehors tout de même ! Mais, si tu veux, je peux aller dans une des chambres voisines...


Elle sourit légèrement : bien sûr que non il ne voulait pas... Mais, il fallait bien qu'il dise "Non Kaede, reste !" : oui, Kaede aime bien qu'on lui demande de faire quelque chose même si elle a l'intention de le faire. Comme beaucoup de filles en fait... Elle ajouta à l'adresse de Kakeru avec un grand sourire :


Tu n'es pas content de me voir ?


Puis, comme elle le fait quand elle ne sait pas trop comment aborder un sujet délicat, elle commença à tourner dans sa chambre, inspectant un peu tout ce qui traînait ça et là. Elle prit donc un livre et lut la quatrième de couverture, joua avec un stylo puis ouvrit les rideaux pour voir la vue que son frère avait depuis sa chambre. C'est à ce moment là qu'elle dit doucement :


En fait, pour ne rien te cacher, j'ai fait une rencontre... intéressante. Et c'est pour ça que je suis venue...


Elle se tourna alors et lança à Kakeru en souriant :


Devine qui j'ai rencontré !


Elle savait pertinemment qu'il allait l'envoyer balader mais... elle n'allait pas lui lâcher comme ça non plus, ce serait trop facile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 6 Juil - 0:00

Kakeru avait écouté bien gentillement, calmement ce que ça soeur venait de lui dire. Il tiqua un peu quand elle parla d'aller dans une chambre, puis ne s'inquiéta pas plus. Il se contenta de répondre, un sourire aux lèvres.

« Je doute qu'il y en ait un assez fou pour t'ouvrir. »

Elle pouvait le prendre pour elle, mais ce que ça voulait surtout dire, c'est que tous ces braves petits avaient déjà été brifés et il savait que leur vie deviendrait un cauchemar si jamais il apprenait qu'ils avaient osés faire quelque chose à Kaede. Cette histoire lui rappela d'ailleurs l'altercation avec Kamui et le fait qu'il ne lui avait toujours pas remonter les bretelles. Il avait encore une boule dans la gorge quant à l'idée que ce type pouvait s'approcher plus de sa cadette, si ce n'était pas déjà fait. Enfin, de toute façon, il avait reçu les informations qu'il désirait et il était déjà prêt à « parlementer » l'écartement du jeune homme.

« Et si, je suis content de te voir, mais les circonstances font que ça m'énerve aussi... entre parenthèse, elles ont bon dos tes jambes. »

Ensuite, la jeune fille avait renforcé son sentiment d'inquiétude en tournant en rond dans sa chambre avant d'aborder le pourquoi de sa visite. Ca ne pouvait pas être quelque chose d'extrêmement grave, sinon elle n'aurait pas opté pour une approche aussi longue et détournée du problème. L'approche en question, lui demander de deviner, lui donnait l'impression qu'il ne risquait pas d'en finir avec cette soirée avant un certain temps. Il se rassit sur son lit, avant d'ouvrir la bouche de son ton habituel tout en regardant Kaede dans les yeux.

« Je ne vois pas vraiment l'intérêt de chercher, tu va quand même finir par me le dire... mais bon, je suppose que c'est quelqu'un d'un peu important. »

Phrase accompagnée d'un sombre sentiment qui lui rappela à nouveau Kamui. Ce n'était quand même pas de lui dont elle était venu lui parler le sourire aux lèvres, ou alors c'était pour lui annoncer qu'elle ne voulait plus jamais voir sa tête. Cependant, vu le dernier geste qu'elle avait eu pour le jeune homme, il en doutait fortement... mais ça vaut toujours le coup de demander. Il ajouta une pointe de suspicion à sa voix tout en prenant un air faussement contrarié.

« J'espère que ce n'est pas un jeune homme de ma connaissance qui ne connait pas sa place. »

Ce n'était pas forcément très « tact full » mais il préférait se rassurer sur cette histoire une fois pour toute, en espérant que Kaede n'avait pas repris contact avec ce blanc-bec, et bien sûr il ne pensait même pas une seconde que la conversation pouvait être basée sur une de ses connaissances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 6 Juil - 1:36

Lorsque Kakeru fit remarquer à sa soeur qu'aucun garçon de ce dortoir ne serait, je cite, assez fou pour lui ouvrir. La jeune fille tiqua légèrement, quelque peu piquée au vif. Enfin, de toute manière, elle n'oserait jamais entrer dans la chambre d'un individu masculin autre que Kakeru. La jeune fille s'abstint de dire cela comme de mettre son frère au défi d'entrer dans une des chambres de ce couloir... Elle n'était pas là pour ça ! Néanmoins, lorsque Kakeru parla de "circonstances" l'agaçant, elle ne put s'empêcher de demander :

Quelles circonstances ?

Il était agacé à ce point par le seul fait qu'elle soit venue le trouver dans sa chambre, pour lui parler ? Pourquoi donc : parce qu'elle avait risqué de se faire prendre par un surveillant ? Ou peut-être parce qu'il espérait passer une soirée seul et tranquille ? Ou peut-être avec cette Orihime... Ou encore parce qu'elle avait traversé ce couloir plein de mâles ? Comme s'ils allaient lui sauter dessus... Kaede fixait Kakeru alors qu'il s'asseyait sur son lit. Elle aurait aimé qu'il essaye au moins de deviner ou fasse semblant. Elle haussa donc les épaules et dit en s'approchant :

Soit. Tu le sauras de toute façon...


Néanmoins, Kakeru parla d'un jeune homme... La jeune fille rougit quelque peu et détourna le regard. Pourquoi il revenait avec cette histoire maintenant ?! Comme si elle n'avait pas suffisamment honte de ce qu'elle avait fait ou avait même l'intention de faire. Elle répondit donc d'un ton qui se voulait détacher :

Non...

Il avait coupé net son entrain ! Elle s'assit sur sa chaise de bureau et tourna un peu avec (oui, c'est une chaise qui tourne c'est tout è_é). Elle sortit de sa poche la photo d'Orihime qu'elle avait trouvé dans la bourse à onigris et la regarda sans rien dire. De là où il était, Kakeru ne pouvait pas voir de quoi il s'agissait. Après un moment de silence, Kaede commença :

Non, en fait, c'est quelqu'un que tu connais. Quant à la relation qui vous... eh bien, qui vous unit, je suppose du moins, c'est pour savoir ça que je suis venue !


Elle leva les yeux de la photo et fixa Kakeru avec un sourire bienveillant (enfin, pas tant que ça...). Elle lui ferait cracher le morceau, ou du moins, elle était bien décidée à le faire ! Elle demanda donc d'une voix douce :

Tu vois de qui je parle ?


Elle décida de l'aider un peu :


Un indice : c'est une fille.


Inutile de vous dire que le mot 'fille' avait été prononcé sur le même ton dédaigneux que Kakeru utilisait pour désigner un garçon qui tournait autour de Kaede.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 6 Juil - 2:08

La conversation était peut-être en train de prendre un tour mauvais et Kakeru sentait qu'il avait vexé sa cadette quant à son avis sur sa présence ici. Ce n'était pas par méchanceté qu'il avait parlé de circonstances, c'est juste qu'il s'inquiétait trop, mais c'était difficile à faire comprendre. Il l'avait toujours gardée et surveillée dans son ombre sans vouloir la gêner, mais il avait également fait en sorte qu'elle respecte les quelques règles qu'il lui avait imposées. C'était pour son bien, mais elle réagissait, normalement d'ailleurs, assez mal au fait qu'on veuille son bien contre son gré. Cependant, il contait continuer comme ça jusqu'à ce qu'il juge qu'elle soit apte, ou bien que quelqu'un reprenne son rôle... Parlons en tien, il n'est pas prêt d'arriver le prince sur son cheval blanc, quoique, le fait que ça soeur rougissait rien qu'à l'allusion de Kamui ne le mettait pas à l'aise. Il espérait qu'elle fut juste mal à l'aise et qu'elle se reprochait ses actes... il espérait. De toute façon, le problème Kamui serait vite réglé... En tout cas, ce n''était pas de lui dont elle voulait parler.

La suite lui posa un plus gros problème, déjà, c'était de lui dont on parlait et pas de Kaede. Il avait la désagréable impression d'être sur le point d'être interrogé, ce qui venant de sa cadette serait quand même fort de café. De plus, il ne s'attendait pas non plus à ce qu'on lui parle d'une relation quelconque avec une fille. Il n'avait pas vraiment envie de jouer au jeu des devinettes, mais il avait déjà suffisamment été inconvenant jusqu'à maintenant et il préférait se prêter à la petit question que lui posait sa soeur que d'être désagréable et faire prendre un mauvais tournant à la conversation. Cependant, il avait des difficultés, surtout avec le ton qu'avait utilisé Kaede pour désigner la personne en question. Il avait plus ou moins reconnu le ton qu'il utilisait lui-même pour parler des pauvre type qui lui tournait autour, sauf qu'à la différence de sa soeur, celle qui lui tournait autour avait plutôt tendance à s'écarter vivement de son chemin si elle voulait éviter un regard lourd de signification (ne signifiant rien d'autre que: « disparait de ma vue »). Toujours est-il qu'il ne voyait pas vraiment de qui on parlait, mais ce n'allait pas être long à sortir, vu que la personne avait eut la mauvaise idée d'être prise en photo par Kaede. Il aurait voulu calmer le jeu, mais un peu de son humeur trouble rendit son ton plus amer qu'il ne l'aurait voulu.


« Désolé, mais je n'entretiens aucune relation « spéciale » avec une jeune fille, quant aux groupies, je me débrouille pour qu'elles m'évitent. »

Il aurait bien voulu dire : »pour qu'elle m'évite, moi, pas comme quelqu'un d'autre... Mais se prendre une trempe n'était pas l'objectif de la soirée et il préférait que ça se déroule dans les règles. Cependant, l'amertume qui lui avait traversé la gorge lui donnait un peu mauvaise conscience, et il sentait que leur dialogue était sur le point de partir en vrille. C'est donc d'un ton radouci qu'il continua sa tirade.

« Vraiment, je ne vois pas de qui tu veux parler, je n'ai personne de particulier pour l'instant, et si c'était le cas, tu serais probablement la première à le remarquer. »

Quant il eut fini sa phrase, il eut un frisson. « Et merde » fut la seule phrase qu'il lui traversa l'esprit. Non, il n'avait pas de relation spéciale avec qui que ce soit, sauf une personne, qui lui était, à force de fatigue et de tentative de distraction, un peu sortit de la tête, une personne avec qui il avait commit un acte qui lui avait échappé. Il regarda à nouveau sa cadette dans les yeux, bah, de toute façon, elle le saurait, il pouvait mentir au monde entier, mais pas à Kaede. Il avait le ton calme et posé, il voulait rester calme, en tout cas pour le moment...

« C'est de Orihime Tsuki dont on parle, n'est-ce pas? »

On allait probablement entrer dans les chose sérieuses, expliquer à sa soeur tout en lui masquant une partie de la vérité allait probablement être difficile. Une dernière chose lui passa par la tête. Comment savait-elle? Il n'imaginait pas Orihime capable de se venter de ce qui s'était passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 6 Juil - 2:44

Kaede attendait fixement sur sa chaise (alors qu'elle avait désespérément envie de la faire tourner, mais dans ce cas elle perdrait sa crédibilité, vous comprenez) que Kakeru daigne répondre. Sa réponse seule montrerait bien si elle avait raison ou pas. Enfin, si ses craintes étaient fondées ou non. Néanmoins, son frère semblait voir les choses autrement : ce petit tête à tête l'agaçait apparemment, ou du moins, c'est ce que les paroles qu'il n'avait pas pu retenir et prononcer sur son habituel ton froid et détaché, laissaient entendre. Kaede prit sa dernière phrase pour elle et marmonna d'un ton sarcastique :

Oui... on le saura que toi tu es parfaitement parfait sur ce sujet...

Qu'il ne lui demande surtout pas de répéter. L'aîné sembla avoir remarqué son impair puisqu'il expliqua gentiment cette fois-ci qu'il ne voyait pas de qui elle voulait parler. Kaede haussa légèrement les sourcils : il n'y avait que deux explications possibles. Soit elle s'était lourdement trompée au sujet d'Orihime et de son frère, soit c'était pire qu'elle le pensait : son frère était en réalité un briseur de coeur qui cachait bien son jeu. Heureusement, la voix de Kakeru prononça les mots tant attendus ("Orihime Tsuki') et la sauva ainsi de la tonne de questions qui inondait son esprit en cet instant. Soulagée, Kaede ne put contenir un sourire, sourire qui scellait en même temps sa victoire, et lança :

Ah ah ! Donc il y a bien eu quelque chose de "spécial" avec elle !

Elle fit rouler sa chaise jusqu'à Kakeru et le fixa en souriant doucement. Elle prit ses mains et dit :


Allez, dis-moi tout. Qu'est-ce que tu as fait à cette pauvre fille ?


L'adjectif "pauvre" reflétait en fait parfaitement tous les sentiments et ressentiments que Kaede éprouvait pour Orihime Tsuki. D'autant plus que si c'était ça le genre de fille qui plaisait à Kakeru, sa soeur en serait fortement déçue. Elle s'imagina un instant devoir passer Nouvel An avec elle et franchement, il y avait comme quelque chose qui clochait... Mais, s'il le fallait, elle ne dirait rien et laisserait faire, elle. En plus, ça détournerait peut-être l'esprit de Kakeru et il la laisserait enfin un peu tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 6 Juil - 3:13

Ca ressemblait un peu au genre de cauchemar qu'il faisait prêt des périodes de fête comme Noël ou la saint-Valentin. Devoir se confier auprès de sa soeur au sujet de sa vie plus que privée, et qui ne la concernait qu'à moitié. Ce qui l'embêtait plus, c'est qu'elle avait l'air de prendre ça gaiement. Il n'y avait pourtant pas de quoi rire, il avait juste fait une connerie, et s'en vanter était bien la dernière idée qui passerait dans son crâne. Il n'y avait pas non plus quoi que ce soit à confesser en fait, il avait juste été assez stupide pour se laissé aller à une pulsion trop soudaine et ça s'arrêtait là. Bien sûr, ce serait mentir que de dire qu'il n'éprouvait pas un sentiment spécial envers la jeune fille, mais son hypocrisie à ce sujet lui permettait même d'ignorer ce fait, mais comme tous les sentiments hypocrites, il le mettait mal à l'aise, comme cette conversation à laquelle il ne pourrait pas échapper.

Son cerveau turbinait à la vitesse maximum autorisée avant la surchauffe. Il ne pouvait clairement pas expliquer qu'il avait dans l'ambition de rester seul, primo pour veillez sur sa soeur le temps qu'il faudrait, ensuite pour que l'éducation infernale des Toya disparaisse avec lui. Il savait que c'était un peu se la jouer héros dramatique, mais le fait de pouvoir voir ce que son père avait érigé disparaitre lui apportait une sorte de consolation malsaine à cet inconvénient. Bref, de toute façon, il était difficile d'expliquer à sa cadette qu'il n'avait pas put s'empêcher d'embrasser la jeune fille alors en pleurs, et que depuis il passait son temps à s'occuper l'esprit pour ne pas y repenser.Cependant, en voyant l'air que Kaede affichait sur son visage, il se demandait si ça valait vraiment la peine de se fatiguer s'il se contentait de simplement dire qu'il lui avait fait des avances ou autre, elle n'aurait pas été chercher plus loin et il aurait pu prétexter un rejet pour que l'histoire soit enterrée à jamais. Pourtant face à sa soeur, il se sentait comme un gamin... « Oh et puis merde », s'il ne pouvait pas se confier à sa propre soeur, alors autant qu'il se couse la bouche.


« Je me suis juste laissé aller une fois, et je pense que ça s'arrêtera là, il n'y a pas besoin d'en parler outre mesure. »

Il en avait en tout cas l'intention, bien que ce la lui paraisse aussi réalisable que de faire le tour du monde à pied en 2 semaines. S'il avait déjà besoin, pour oublier ce qu'il avait fait, de se noyer dans un travail monstre, de passer un temps dingue à la salle d'arcade et de s'enfiler plus d'alcool en deux jours qu'il n'en buvait en trois mois, alors simplement s'arrêter allait prendre encore plus de temps. Cependant, du temps, il en avait bien assez... et c'est ce genre de pensées qui prédominaient depuis un certains temps dans sa petite tête. Au final, il arriverait bien à oublier.

Kaede n'avait pas l'air satisfaite de sa réponse, et après tout, c'était tout à fait normal, il se contentait de lui raconter dans les très très grandes lignes ce qui s'était passé, et en gros elle ne savait rien de plus qu'avant. Son air l'amusait, car il avait l'impression de la revoir plus jeune quand elle voulait absolument savoir un secret et qu'elle passait la journée à le fixer avec les sourcils froncés. Il sourit et prononça sur un ton amusé.


« Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas à la supporter au réveillons ou à Noël »

Deux bourdes en une phrase. Primo, il venait de réaborder le sujet là ou il avait laisser entendre qu'il voulait qu'on en parle plus, deuxio, il avait clairement souligné le fait qu'il avait compris que Kaede n'aimait probablement pas Orihime. Il voulait rattraper le coup, mais il préférait ne rien dire, en espérant que sa cadette se contenterait de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Lun 7 Juil - 13:54

Visiblement Kakeru n'était pas vraiment enchanté que Kaede mette son nez dans ses affaires de coeur. Et, au fond, la jeune fille le comprenait bien mais d'un autre côté, ce n'était un peu qu'une juste revanche. Combien de fois avait-il tout fait pour éloigner les rares garçons qui s'intéressaient à elle quand elle n'avait pas bu ? D'ailleurs, maintenant qu'il connaissait l'existence de Kamui, il était certain que celui-ci non plus ne s'approcherait plus de Kaede. Encore une fois... Alors, après tout, pourquoi ne pas elle aussi se mêler de ce qui ne la regardait pas ? Elle fixait donc Kakeru d'un air déterminé : elle ne le laisserait pas partir tant qu'elle ne serait pas satisfaite.

Alors qu'une pointe d'impatience commençait à se faire sentir, son frère commença à parler et, ses paroles, loin de soulager l'état de curiosité de Kaede, ne firent que la rendre encore plus curieuse. En fait, elle sentit surtout son sang se glacer : qu'est-ce qu'il avait fait avec cette fille qu'il puisse appeler "se laisser aller" ? Autant vous dire qu'elle imaginait le pire. Enfin, le pire de son point de vue, espérons pour Kakeru que ça lui ait plu. C'est bien parce que tout cela se bousculait dans son esprit qu'elle fixait son frère, les sourcils froncés. Elle était abattue et en réalité, elle espérait que Kakeru vienne à son secours en étant un petit peu plus explicite. Enfin, pas trop non plus... Mais, les seuls mots réconfortants qu'il crut bon de prononcer étaient pour lui expliquer qu'elle n'aurait jamais à la supporter lors de réunions de famille. Quelque peu vexée qu'il ait deviné ses pensées les plus viles et surtout qu'il ne lui explique rien de plus, elle plissa les yeux et soupira en secouant la tête :


N'importe quoi...


Elle se leva aussitôt et sortit de sa poche la bourse à onigris qu'Orihime lui avait confié plus tôt. Elle la lâcha sur les genoux de Kakeru et lança plutôt froidement :


Tiens, elle m'a demandé de te donner ça...


Puis elle sourit légèrement et ajouta :

Comme ça, ça te fera une excuse pour la revoir !

Elle était passablement agacée par l'attitude de Kakeru et, même si elle allait peut-être le regretter par la suite, elle ne pouvait retenir ses paroles :

Tu as raison, je n'ai pas à me mêler de tes histoires de cul mais je te serais reconnaissante d'en faire de même avec moi...


Ceci dit, elle se dirigea vers la porte mais il était peu probable que son frère la laisse partir ainsi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Lun 7 Juil - 20:44

Comme quoi c'est toujours beau d'espérer, mais ça ne sert néanmoins pas vraiment à grand chose. La conversation avait donc pris le ton cauchemardesque auquel il pensait. D'uune part, c'était sa faute, et il s'en rendait bien compte, mais il ne trouvait pas que cela pouvait justifier le fait que Kaede lui parle sur ce ton. Deuxième choc, la bourse d'onigiri qui venait de lui atterri sur les jambes. Sa cadette avait donc été plus ou moins mise au courant par la personne concernée... Pourquoi n'avait-elle pas pu se taire? Dans ce genre de situation, elle aurait tout aussi bien fait de venir les lui donner en main propre plutôt que de passer par un intermédiaire, encore plus quand l'intermédiaire était du style à interpréter de travers...

Jusque là, Kakeru avait tenter de rester calme, de toute façon, si l'on omettait le ton, difficilement acceptable mais partiellement justifié, avec lequel sa petite soeur lui parlait, il n'avait pas de raison de s'énerver, ou en tout cas pas le droit. Cependant, lorsque Kaede parla de revoir Orihime, il commença à perdre patiente. Elle ne l'écoutait pas ? Il venait de dire que ça n'irait pas plus loin? C'était dur à comprendre? Le pompon fut atteint avec la dernière réplique, cinglante, que Kaede lui balança en pleine figure avant de se retourner. Là, il explosa intérieurement, se leva d'un bon, saisit sa soeur par les épaules et la regarda droit dans les yeux, les traits froncé par la colère qu'il contenait. Il haussait le ton au fur et à mesure qu'il parlait.


« Sache, espèce de sale gamine, que j'arrêterai de me mêler de tes « histoire de cul » le jour où lorsque je te donnerai carte blanche, tu n'ira pas te jeter dans les bras du premiers petit branleur qui passe. Quant à Orihime et moi, la prochaine fois, traite moi carrément de gigolo et elle de pute! NON MAIS POUR QUI TU TE PRENDS! »

Il savait que ce qu'il faisait n'arrangerait absolument rien, mais tant qu'a déballer son sac, autant le faire jusqu'au bout, de toute façon, ça ne changerait plus grand chose à la situation merdique dans laquelle il se trouvait.

« Et sache, pour ta gouverne, que je me suis contenté de l'embrasser! Je n'ai fait que ça, une fois, parce qu'à un moment, j'en ai eu envie et que comme un con, j'ai préféré me laisser aller. Et oui! Ton frère n'est pas parfait! JE NE SUIS PAS PARFAIT BORDEL, TU COMPRENDS CA? »

Ca devait être la première fois depuis un très long moment qu'il hurlait aussi franchement sur quelqu'un, et cette action l'agaçait. Une fois de plus, il s'était « laisser aller », et pas dans le bon sens, bien que de son point de vue, tous les sens le mettait dans l'embarra. Le pire c'était sans doute qu'il était en train de gueuler sur sa soeur qu'il avait toujours voulu protéger.

Il était essoufflé et il se rendait compte, maintenant un peu calmer, que ses mains serraient trop fort les épaules de sa cadette. Il la lâcha, et alla s'écrouler sur son lit, les mains lui cachant le visage. Il avait une boule dans la gorge et un profonde envie de fondre en larme. Il arriva encore à dire d'une voix déjà cassée ce qui lui semblait être la conclusion de cette « superbe » rencontre nocturne.


« Tu veux encore savoir quelque chose ou bien tu es satisfaite maintenant? »

Il eut un sourire amer sous ses mains, un rictus et murmura, peut-être trop fort d'ailleurs.

« Super, voilà qu'en plus le super robot insensible va se mettre à chialer comme un gamin... »

[pendant une seconde, j'ai pensé à le faire rester calme, mais c'est vachement plus marrant de cette façon XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Lun 7 Juil - 22:10

Et évidemment, Kakeru ne la laissa pas partir comme si de rien n'était. Ça aurait été trop bon, me direz-vous. Elle avait presque atteint la porte lorsqu'elle sentit son frère la saisir par les épaules pour la mettre face à lui. Le visage d'habitude si calme du jeune homme semblait déformé par la colère. Alors qu'elle le regardait Kaede était littéralement tétanisée. En cet instant, elle avait vraiment peur, peur de son propre frère. En fait, la seule chose qu'elle voyait en lui était leur père et non plus le jeune homme protecteur qu'il était encore quelques minutes auparavant.

Mais, en plus du choc de voir son frère ainsi, elle fut abasourdie par ce qu'il dit, enfin, lui hurla dessus, ensuite. Tellement abasourdie qu'elle n'arrivait pas à répondre quoi que ce soit. Il lui semblait en fait qu'elle découvrait Kakeru pour la première fois, comme si la colère avait fait tomber le masque qu'il avait façonné avec le temps. En fait, ce qui était le plus douloureux pour elle c'était de découvrir l'image qu'il avait visiblement d'elle. Celle d'une "sale gamine" qui ne faisait que lui gâcher la vie en se "jetant dans les bras du premier petit branleur qui passe". En comprenant que c'était ainsi qu'il la voyait, alors qu'il était tellement attentionné à son égard, elle sentit son coeur se serrer. Elle n'en avait rien à faire de ce qu'il avait pu faire avec Orihime ou avec quiconque mais elle ne pensait pas qu'il allait l'écouter de toute manière. En plus, elle n'arrivait pas à dire un seul mot. Tout se mélangeait dans sa tête et elle était tellement désorientée qu'elle ne sentit même pas que Kakeru l'avait lâchée, elle entendit juste sa voix demander d'un ton amer si elle était satisfaite à présent. Elle prit sa respiration afin que la boule douloureuse qui restait coincée dans sa gorge passe un peu puis répondit froidement :


Plus que satisfaite je crois... Ne t'inquiète pas, tu n'es pas obligé de t'occuper de la sale petite gamine qu'est ta soeur.

Elle baissa la poignée de la porte de Kakeru et ajouta :

Excuse-moi de t'avoir gênée pendant toutes ces années. Espérons que je ne croise pas un petit branleur en sortant, sinon qui sait ce que la petite dévergondée que je suis va encore pouvoir faire.

Elle s'en voulait d'avoir déclenché cette dispute par sa remarque plutôt mal placée et regrettait presque de prononcer ces paroles au moment même où elles franchissaient ses lèvres. Comme si Kakeru avait besoin qu'elle l'accable ainsi ! Mais en fait, si elle ne disait pas tout cela, il lui semblait qu'elle allait littéralement fondre en sanglots. Elle décida de mettre un terme à tout cela :


Au revoir.


Elle sortit et se retint de claquer la porte. Maintenant qu'elle n'était plus face à son frère, la colère était retombée et elle se sentait terriblement mal que la discussion se soit déroulée ainsi. En fait, elle n'avait même plus la force de faire un pas. C'est pour ça qu'elle se laissa glisser le long de la porte de la chambre de Kakeru et, une fois assise, éclata en sanglots.


[Fin ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Lun 7 Juil - 22:59

Face aux paroles de Kaede qui avaient suivies, tout ce qu'il avait réussit à faire, c'était penser : « mais oui c'est ça, rajoute en une couche seulement. », puis dès qu'elle avait refermé la porte, il avait regretté. Le pire quand on regrette juste après une colère, et qu'on est au bord des larmes comme l'est kakeru à cet instant, c'est qu'on aimerait se bouger, mais qu'on a trop de fierté que pour courir après la personne à qui l'ont à causé du tord. Donc, le jeune homme resta prostré pendant quelques instants, jusqu'à ce qu'un son malheureusement familier lui arrive aux oreilles. Il murmura, pour lui même.

« Tu pleures trop fort... »

C'était désagréable, d'autant plus que ça voulait dire que sa cadette était également prostrée, devant sa porte et dans un état plus avancé que le sien en matière de tristesse. Il trouvait ça insupportable, non pas parce qu'il n'aimait pas le son, mais parce qu'il avait l'impression d'être encore plus déprimé par ce qui arrivait à sa soeur que par ce qui lui arrivait. Engueuler quelqu'un puis avoir envie de se cogner la tête contre un mur pour se punir, c'est quand même pas courant.

De toute façon, il ne pouvait pas supporter d'entendre Kaede pleurer, et il ne pouvait pas supporter d'être là prostré à ne rien faire pour arranger les choses. Il se mordit la lèvre inférieure tout en s'ordonnant de se bouger, et c'est quand un mince filet de sang coula jusqu'à son menton qu'il parvint enfin à trouver la force de se mettre en mouvement. Il respira un grand coup, se regarda dans le miroir et s'en mit une, parce qu'il la méritait bien après tout. Il ouvrit doucement le loquet pour apercevoir exactement ce à quoi il s'attendait, c'est à dire une Kaede le tête renfermée entre les bras et les larmes qu'il imaginait aux yeux. Elle n'avait même pas l'air de se rendre compte qu'il était là.

Il hésitait sur la marche à suivre. Si elle l'avait remarqué, c'aurait été plus simple et au moins ça lui aurait montré sur quel pied il devait danser, mais il partait de rien. De toute façon, il ne pouvait pas la laisser sur le paillasson, ça n'est pas là qu'il pourrait arranger les choses. Il se mit à genou, la prit par la taille et la porta comme une princesse à l'intérieur, fermant la porte du pied. Il la posa sur le lit, et se dit en même temps qu'il devait vraiment être un crétin. Elle n'avait même pas essayé de se débattre ou quoi que ce soit d'autre.

Maintenant, il devait de toute façon faire en sorte qu'elle arrête de pleurer, mais chacun de ses gestes était trébuchant, de peur de commettre encore une fois une action inadaptée. En temps normal, il lui aurait simplement frotter la tête et ça serait passé, mais là... c'était pas vraiment la même situation que d' « habitude ». C'est à ce genre de moment qu'il avait détestait le plus son père, quelqu'un de normal aurait su quoi faire et lui il restait simplement à côté d'une soeur roulée en boule et qui ne pouvait pas s'arrêter de pleurer. Il chassa rapidement l'image de son père, ce n'était pas le moment, et essaya de repenser plutôt à sa mère et ce qu'elle aurait fait dans ce genre de situation. Il ne se souvenait plus de l'époque il pleurait encore souvent, et çe n'était pas très frais dans sa mémoire, mais avec les bribes, il finit par reconstituer un schéma qui pourrait sans doute marcher, enfin, il espérait. Il s'assit lui même sur le lit et prit doucement Kaede dans ses bras. Il avait réussit à retrouver son calme, et à adoucir son ton. Il soupira.


« Je suis désolé, je ne pensais pas ce que j'ai dit. »

Bonne voie, mais tant qu'à faire, va plus loin...

« Je ne vais pas te raconter les détails, mais cette situation n'est pas facile pour moi non plus. Je n'agis plus exactement comme je le voudrais, du coup ça me frustre et je prend la mouche trop rapidement.»

C'est bien beau, mais pour que ce genre de consolation marche, faut avoir envie... Mais il faisait de son mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Féminin Nombre de messages : 440
Age : 29
Age du personnage : 16 ans
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Mar 8 Juil - 2:44

Kaede était donc en pleurs, dans le couloir glacial des dortoirs des garçons, désespérément seule. D'un côté, elle sentait son coeur se serrer et les sanglots se faire plus forts à cette pensée, mais de l'autre, elle voulait ça, être seule et ne pas avoir à affronter le regard de Kakeru. D'ailleurs, il ne lui venait même pas une seconde à l'idée que son frère puisse l'entendre et ouvrir cette porte. De toute façon, pourquoi le ferait-il ? En fait, il fallait avouer qu'elle était plutôt au fond du gouffre la pauvre fille. En plus, à chaque fois que ses sanglots semblaient s'apaiser, un souvenir de cette altercation ou une pensée noire sur elle-même lui revenait en mémoire et elle repartait de plus belle.

Elle ne savait pas combien de temps cela pouvait bien faire qu'elle pleurait comme une cruche mais visiblement un bon moment puisqu'elle sentit la porte contre elle partir en arrière. Kakeru était là. L'état d'esprit de la jeune fille oscillait entre le soulagement et l'envie de devenir aussi petite qu'une souris tellement elle était honteuse. C'est pour ça qu'elle ne bougea pas ni n'adressa un mot à son frère, continuant sa crise de pleurs. De toute manière, elle ne parvenait pas à se calmer, d'autant plus que son frère restait là, sans rien dire. Elle sentait son regard sur elle et ça la rendait vraiment mal. Que se passerait-il s'il refermait la porte, se ravisait ? Persuadée que c'était cette opportunité qu'il choisirait, elle sanglota encore un peu plus. Finalement, elle sentit les bras de son frère passer autour de sa taille et la soulever. Elle n'avait même plus envie de le pousser, ne serait-ce qu'un peu. Il l'assit sur le lit et s'assit à ses côtés pour la prendre dans ses bras. Kaede ne dit rien et se contenta de pleurer (comme une madeleine huhu...). Lorsqu'il s'excusa, sa seule réponse fut un non de la tête. Qu'il le prenne comme il le voulait, elle-même ne savait pas exactement ce qu'elle voulait signifier par là. Néanmoins lorsqu'il continua, la jeune fille ne comprit pas vraiment ce qu'il voulait dire exactement. Elle fit donc un effort pour articuler entre deux pleurs :

Quelle situation ? Je vois pas où tu veux en venir...


S'il parlait d'Orihime et lui, elle ne voyait pas en quoi tout cela pouvait le frustrer au point de réagir ainsi. Mais, quelque chose lui brûlait la langue et, quitte à le regretter, elle demanda en fronçant les sourcils :

Tu l'aimes, cette fille ?


En l'écoutant parler, on aurait pu croire qu'elle était une petite amie trompée ou des parents découvrant que leur Roméo fricotait avec la fille du clan ennemi. Mais non, c'était juste sa soeur qui était peut-être trop proche de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakeru Toya
Membre du Hanataba. //
avatar

Masculin Nombre de messages : 712
Age : 27
Age du personnage : 18 ans
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   Dim 20 Juil - 2:49

Et la conversation devenait de plus en plus complexe. A force de demi réponse et autre, ils en étaient arrivé à cette situation où l'un et l'autre se sentait mal et n'avait qu'une envie, en finir. En tout cas, c'était ce que Kakeru voulait, et il ne pourrait le faire qu'en étant le plus clair possible, que Kaede sache tout ce qu'elle voulait savoir. De toute façon, il ne pouvait pas lui refuser ce droit à la connaissance de sa vie privée, vu comment il se mêlait de la sienne... Cependant il voulait en même temps la rassurer un peu, la calmer, et tout en parlant, il passa doucement sa main dans ses cheveux qu'il caressa doucement. Il soupira, les yeux posé vers le miroir droit devant lui, près à parler comme si son interlocuteur était lui-même plutôt que sa soeur. Il était fatigué et las.

« La situation, c'est la réponse à ce que tu viens de demander... je n'en sais strictement rien moi même et ça me rend fou. »

C'était vraiment ça, pour lui qui passait sa vie à calculer et prévoir le moindre de ses geste public, que sa propre situation, que ses propres pensées lui soient inconnues lui donnait la nausée et le rendait irritable. Cela le dépassait, tant c'était une sensation lointaine et étrangère. Il ne savait rien sur lui même, pire qu'un gamin.

Il espérait maintenant que cette réponse suffirait, parce qu'il ne pourrait plus en raconter d'avantage. Il ne pouvait pas expliquer ce qu'il était vraiment, ni à propos de son éducations, ni à propos de ses agissement manipulateur et de la comédie qu'il livrait en public. Il ne pouvait pas en parler, et de toute façon il ne voulait pas. Tout ce que ce genre d'informations auraient apporté de plus, c'était des troubles et des doutes que Kaede aurait dut supporter... Pour ce soit, cela suffisait amplement, pas besoin de rajouter des problèmes.

Il commençait à avoir mal à la tête, mais il ne voulait pas tout à fait en finir avec cette conversation, il voulait savoir encore quelques petites choses. Primo, comment elle avait pu, à partir de cette foutue bourse d'onigiri, déduire qu'il y avait quoique ce soit entre Orihime et lui. Ensuite il voulait savoir ce qui l'avait poussé à s'inquiéter de cette manière. Il lui semblait normal, en tant que grand-frère de s'inquiéter des relations de sa petites soeur, surtout quand la petite soeur ne tient pas l'alcool. En revanche, il lui semblait moins logique qu'elle vienne le sermonner à propos de ses relations. Son mal de crâne n'aidant pas, il ne trouvait pas le moyen de trouver les questions qui lui donneraient les réponses qu'il cherchait. Il se tritura néanmoins l'esprit et finit par ouvrir la bouche.


« Si tu veux en savoir plus, je veux bien te répondre dans la mesure du possible. Mais avant ça, j'aimerais savoir comment tu as su ce qui se passait entre Orihime et moi. Tu l'as rencontrée je suppose? C'est elle qui t'en a parlé? »

Encore une fois ça lui semblait peu probable. Ce qu'il savait d'Orihime lui donnait plus une image de jeune fille mature, sage et loin de ne pas savoir faire preuve de discrétion. D'autant plus que l'épisode avait été gênant pour les deux partis... Il préférait n'écarter aucune piste, mais il se demandait si quelqu'un d'autre n'était pas venu ajouter son grain de sel dans cette histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un soir, dans la chambre de Kakeru   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un soir, dans la chambre de Kakeru
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais que pouvons nous bien faire dans une chambre...
» Chambre de Nina et Marina - Une autre personne veut nous rejoindre ? :)
» J'crois que même dans ma chambre c'est moins le bordel que dans ma tête
» Que ce cache-t-il dans ce briquet ? (terminée)
» Philippe vient pour une chambre(Mirta)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Room 303 / Bokuseki :: Lycée Bokuseki. :: Dortoirs :: Garçons-
Sauter vers: