AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le nombre 24.

Aller en bas 
AuteurMessage
Ren Kamitsukenu
Elève ~ Garçon.
avatar

Masculin Nombre de messages : 34
Age : 28
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le nombre 24.   Lun 28 Avr - 23:35

    « Tiens ? Comment ça se fait que je me retrouve dans cette salle ? C’est bien la salle 24, non ? »

Telles étaient les paroles de Ren quand il entrait dans un box de karaoké, remarquant qu’un jeune homme possédant une chevelure blonde était à l’intérieur. Que s’était-il passé avant cela ? Et bien…

Le soleil se lève sur Sapporo. Il venait de passer sa première nuit en dehors de sa ville natale Kyôto, ce qui lui faisait donc assez bizarre… Le fait de ne pas retrouver le même décor quand il se réveillait et que le ciel à l’extérieur de la fenêtre soit aussi différent le surprenait également. Surprenait certes, mais il en était extrêmement heureux. Ren détestait l’endroit où il vivait auparavant, il était dénué d’intérêt et aussi froid qu’un bloc de glace… Mais bon, arrêtons de parler du passé, parlons de ce que faisait Ren à Bokuseki.

Donc, le jeune homme s’était levé et était maintenant assis sur son lit, en train de bailler. Ses cheveux d’un noir de jais étaient ébouriffé et puis quant à son pyjama, il était complètement de travers et laissait apparaître l’épaule gauche de Ren. Mais ne nous attardons pas sur ces détails. Une jambe puis l’autre, le jeune homme prenait quelques vêtements dans son armoire et se dirigeait vers la salle de bain où il allait prendre une douche. Une fois ceci fait, il s’habillait d’une chemise blanche cintrée, d’un jean délavé droit et de chaussures de ville noires. Au tout il rajoutait une cravate rouge et était désormais près à sortir pour voir à quoi ressemblait la ville, Sapporo.

Même s’il n’aimait pas sa famille, Ren avait promis à sa mère de l’appeler dès qu’il serait arrivé à Bokuseki. Mais étant donné qu’il était arrivé assez tard et que le voyage l’avait fatigué, il avait reporté ceci au lendemain. Il prenait donc son téléphone portable et se plaçait juste en face de la fenêtre ouverte, l’endroit où il arrivait le mieux à capter. En plus, il avait de la chance, le ciel était resplendissant ce qu’il lui permettait d’avoir une meilleure fréquence. Il composait le numéro… entendait la tonalité...
    « Allô ? Résidence Kamitsukenu.
    - Euh Natsuki ? Ici Ren à l’appareil.
    - Oh, monsieur Ren ! Comment allez-vous ? Votre voyage s’est bien passé ?
    - Oui, très bien merci. Je dois avouer que le dépaysement m’effraie un peu mais bon. J’en voulais et j’en ai eu.
    - Je vois. Je suis heureuse d’entendre que vous allez bien. Vous souhaitiez parler à quelqu’un ?
    - Oui. Pouvez-vous me passer ma mère ? Je dois lui donner de mes nouvelles.
    - Bien sur, tout de suite.Allô, ici Shizue Kamitsukenu.
    - Maman, pas besoin de tant de manières. C’est moi, Ren.
    - Ah, ce n’est que toi. Je constate que tu ne t’es pas foulé de téléphoner hier soir.
    - Comment ça ce n'est que moi ? Je suis rentré exténué de mon voyage, je pensais donc que…
    - Et bien tu pensais mal. Quand l’on fait une promesse, le mieux c’est de la tenir non ? Mais avec Kamehime, les promesses tu les tenais évidemment.
    - … je ne sais même pas pourquoi j’ai pris la peine de t’appeler. »

Il raccrochait avec violence. Pourquoi se quereller comme ça pour une broutille et au téléphone qui plus est ? De toute façon, ça ne le surprenait seulement à moitié. Il parlait de Shizue Kamitsukenu, pas du Dalaï Lama.
Maintenant, il se sentait énervé voir hors de lui. Il ne pouvait supporter la voix et le mauvais caractère de sa mère. Jamais plus il ne la rappellerait, si elle voulait des nouvelles c’est elle qui devra faire le premier pas désormais. Qu’il se passe quelque chose de grave ou non. Elle l’avait cherché. Les pas de Ren dans la rue se faisait entendre tellement il frappait fort avec sa voute plantaire, son visage se voulait d’ailleurs plus remonter qu’il ne le voulait. Les gens qui passaient à côté de lui le regardaient longuement pour finir par s’écarter. Et soudainement, il s’arrêtait. Il avait marché pendant plus d’une demi-heure sans s’en rendre compte et s’était retrouvé au centre de la ville. L’endroit était animé, les gens riaient à gorge déployée (lol *sors*) et des couples avaient profité du temps estival pour faire une petite balade entre amoureux. Pour le jeune homme, la surprise était totale. Il n’imaginait pas que la ville était comme ça, il pensait qu’elle était plus calme. Mais en fin de compte, elle était aussi animée qu’une métropole !
Cherchant un endroit où il pourrait s’amuser, il se mettait à errer dans les rues de la ville, passant quelques fois dans des ruelles sombres et escarpées. Et après quelques minutes de recherche, il trouvait le karaoké.
Il se mettait à sourire et entrait dans l’établissement, excité de pouvoir chanter sans que personne ne lui dise de se taire.
    « Bonjour ! Je voudrais un box pour deux heures s’il vous plait.
    - Voici pour vous. La salle 24.
    - Je vous en remercie. »

Il s’inclinait et courait dans les couloirs de l’endroit, pour finalement trouver la porte de l’endroit, une porte de couleur rose. Il entrait et constatait avec étonnement qu’une personne était à l’intérieur. Ce qui nous renvoie au début de ce message~

{Tu a vu le nombre 23 ? :3 *sors*}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Sakko
Elève ~ Garçon / Surveillant de la salle 303.
avatar

Féminin Nombre de messages : 323
Age : 28
Age du personnage : 17 ans
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le nombre 24.   Mar 29 Avr - 2:51

[Wow, ça faisait longtemps que je n'avait pas eu autant d'inspi, je me félicite XD]

Arf. J’ai l’impression de tourner en rond. Encore en ce moment, je peux pas trouver meilleure idée à rester cloîtré comme ça dans ma chambre.

Le garçon cligna des yeux lorsqu’une brise de vent s’infiltra par la fenêtre, levant ainsi les rideau opaque du blondinet jusqu’à l’aveugler. Il était coucher dos sur son lit mais du mauvais côté, ce qui faisaient que ses longues jambes fines et sa tête pendait de part et d’autre. Un grognement sourd retentit alors dans la pièce.

Ahhhhh… Mais c’est quoi cette poisse si soudaine?! Il fait hyper beau et je m’oblige à rester ici à cause de lui… Haru… Ahhhhh…

Un dernier gémissement avait franchit les lèvres de Yuki, il en avait marre de devoir se morfondre de la sorte. Sérieusement, où était passé le petit brin de soleil qui se foutait des autres et qui répandait la joie où il voulait? Tous ses derniers jours se résumaient à enfermement des plus total, où seul une personne pouvait venir vaincre cet état de moine que Yuki remplissait très mal, avouons-le. Sa petite fée rousse venait le voir presque à tous les jours, à la demande du bel ange bien évidemment, Et non, il aimait peut-être se faire passer pour un espèce de moine faisant sa prière mais il avait ses limites et il obligeait presque sa meilleure amie à venir le voir. Tout cela pour dire qu’aujourd’hui, Yuki allait se reprendre en main et de toute façon jamais Haru n’aimerait quelqu’un qui devenait hermite comme lui, il aimerait de l’indépendance et ça il allait lui en donner. Fronçant encore une fois les sourcils avant de se lever brusquement et de tirer rapidement ses rideaux. Mauvaise idée je dit…

    _KYAAAA!!!! Je fonds! Je fonnnnnnnnnnds!


Parfaitement lamentable comment ce petit blondinet pouvait être idiot lorsqu’il s’y mettait. Agenouiller au sol, le garçon avait recouvert ses yeux d’un bleu infini et gémissait comme un lion des mers. [Oki, là c’est moi qui sort XD] Si cette journée semblait être totalement faite pour lui porter la malchance, elle avait très bien commencé. Quittant désormais le bas de jogging qui lui servait de pyjama il se dirigea (et oui totalement nu) vers sa penderie qu’il ouvra avec un large sourire. Si cette journée était contre lui et bien il ne s’empêcherait pas de s’habiller aussi classe qu’il avait l’habitude de faire. Il mit jeans noirs droit, mais elle lui serrait parfaitement le postérieur, un délice je vous dit. Pour le haut il opta pour plus classique et opta pour sa chemise lilas préféré. Un dernier coup d’œil dans le miroir il releva son col de la chemise à la façon « nigga » et se fit un sourire charmeur.

    _ Ouaisss! Si seulement Haru me voyais ^^! Bon… Je sais! Direction KARAOKE! Je vais casser la baraque, han han, yeah yeah!


C’est en dansant que le garçon traversa le couloir des dortoirs sous le regard exaspéré des autres. Ils le connaissaient assez bien pour savoir que c’était une réaction tout à fait normale à son égard. Se qui n’était pas normal en fait… Et bien c’était de le voir normal, vous voyez comme les gens devraient être dans cette école aisé. Un sourire à nouveau sur ses lèvres son idée de Karaoke le ravissait et il se demandait pourquoi il n’y avait pas pensé avant. D’ailleurs, s’il c’était préparé à l’avance il aurait sans doute put y emmener Yue avec lui et ils se seraient amusés comme des petits fous. Il arriva enfin à destination et il alla voir le responsable, qu’il connaissait assez bien.

    «Bonjour Yuki-san, la même box que d’habitude j’imagine?!
    _Bien sûr senpaï! Oh et comme toujours, vous savez quoi faire si jamais, enfin vous voyez?!
    « Oh oui, comme d’habitude Yuki!


L’ange blond envoya un clin d’œil au proprétaire. Le propriétaire et lui avaient maintenant une espèce de petit contrat. Enfin, c’était plutôt une faveur pour un de ses bons clients. Il faisait par exprès d’envoyer un joli garçon dans la box de Yuki lorsqu’il venait. Bien sûr, il n’avait que Haru en tête mais ça ne lui empêchait pas de se faire des amis! Et tout le monde sait que Yuki adorait parler avec des garçons, mais surtout les draguer, sans pour autant les aimer. Il était fait comme ça, même s’il appartenait désormais à son cadet âgé de 15… Assis dans son box, il débuta d’abord avec une chanson assez in ses temps-ci. Now You’re gone des Basshunter. Pourtant au beau milieu de son solo magique, et oui Yuki avait une voix aussi angélique que son visage, un jeune homme entra dans le box et dit :

    « Tiens ? Comment ça se fait que je me retrouve dans cette salle ? C’est bien la salle 24, non ? »
    _Exact, vous êtes bien dans la salle 24. Mais vous pouvez vous joindre à moi à deux c’est bien mieux.


Et non, Yuki n’y avait vraiment pensé avant de le dire! Il n’avait pas songé comment sa phrase était remplie de sous-entendus. Enfin, il était trop tard désormais et la musique continuait de jouer en fond et le sourire du blond était bien plus qu’accueillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le nombre 24.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le poids et le nombre des deportes pour 2006
» Le nombre de victimes du choléra risque d'augmenter exponentiellement.
» Projet de loi qui limiterait le nombre de partis politiques a 4 ou 5
» Nombre de Chariot de Guerre par KoS.
» Bélier (limite minimale du nombre de caractère du titre : check !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Room 303 / Bokuseki :: Sapporo. :: Karaoké "Sing With Me"-
Sauter vers: